Moyen-Orient: La coalition a bombardé deux mosquées en Syrie
Publié

Moyen-OrientLa coalition a bombardé deux mosquées en Syrie

En quatre jours, la coalition anti-EI a frappé deux mosquées utilisées par le groupe terroriste à des fins militaires.

1 / 150
Amnesty International a accusé lundi le régime syrien et son allié russe de «crimes de guerre», après avoir documenté 18 attaques menées au cours de l'année passée contre des écoles et des centres médicaux du nord-ouest de la Syrie. (10 mai 2020)

Amnesty International a accusé lundi le régime syrien et son allié russe de «crimes de guerre», après avoir documenté 18 attaques menées au cours de l'année passée contre des écoles et des centres médicaux du nord-ouest de la Syrie. (10 mai 2020)

AFP
Les batteries antiaériennes syriennes ont intercepté lundi des frappes israéliennes dans le nord du pays, a affirmé l'agence de presse officielle Sana. (4 mai 2020 - Image d'archive)

Les batteries antiaériennes syriennes ont intercepté lundi des frappes israéliennes dans le nord du pays, a affirmé l'agence de presse officielle Sana. (4 mai 2020 - Image d'archive)

AFP
Des hélicoptères «israéliens» ont tiré des missiles sur le Sud de la Syrie, ont indiqué les médias étatiques syriens dans la nuit de jeudi à vendredi. (1er mai 2020)

Des hélicoptères «israéliens» ont tiré des missiles sur le Sud de la Syrie, ont indiqué les médias étatiques syriens dans la nuit de jeudi à vendredi. (1er mai 2020)

AFP

La coalition antidjihadiste en Syrie et Irak a annoncé lundi avoir bombardé ces derniers jours deux mosquées où, selon elle, des combattants du groupe Etat islamique (EI) avaient établi leur quartier général. Les deux édifices se trouvaient à Soussa, dans l'est.

La coalition internationale dirigée par les Etats-Unis a indiqué avoir détruit lundi au cours d'une frappe «plusieurs bâtiments utilisés par (l'EI) pour lancer des attaques contre les alliés des Forces démocratiques syriennes à Soussa».

«L'un de ces bâtiments était une mosquée qui était utilisée comme position de défense (...) et la frappe a tué plusieurs djihadistes qui tiraient» contre des combattants des FDS, une milice arabo-turque alliée des Etats-Unis dans l'est de la Syrie, a précisé la coalition.

C'était la deuxième mosquée visée par une frappe de la coalition en quatre jours: jeudi, une frappe aérienne avait visé une première mosquée transformée par l'EI en «centre de commande et de contrôle», tuant 12 «terroristes», selon le porte-parole de la coalition, le colonel Sean Ryan.

Protégés

Les édifices religieux sont normalement protégés par les conventions de Genève, a reconnu lundi un porte-parole du Pentagone, le colonel Rob Manning. «Sauf s'ils sont utilisés à des fins militaires», a-t-il ajouté. «Lorsque l'EI choisit délibérément d'utiliser ce bâtiment pour en faire un centre de commande et de contrôle, l'EI lui fait perdre son statut de bâtiment protégé».

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, la frappe de jeudi a tué 18 civils, dont 7 enfants, tous faisant partie de familles de combattants de l'EI. Par ailleurs, 11 membres de l'organisation djihadiste ont été tués, d'après la même source. La coalition affirme que dans les deux cas, seuls les combattants étaient présents.

«Cibles militaires»

Les deux mosquées détruites se situent à moins de trois kilomètres de distance, selon un responsable militaire.

Ce sont les djihadistes de l'EI qui en font des «cibles militaires», a accusé le colonel Manning. «Ils sont horribles, ils sont brutaux, ils n'ont aucune éthique et faire courir des risques à des civils ne leur pose aucun problème».

(ats)

Votre opinion