Actualisé

FranceLa collégienne et son prof retrouvés à Bordeaux

L'adolescente britannique de 15 ans et son professeur de mathématiques, en cavale depuis plus d'une semaine, ont été retrouvés vendredi dans le sud-ouest de la France.

Megan et Jeremy sur les clichés pris par une caméra vidéo du ferry et diffusés par la police.

Megan et Jeremy sur les clichés pris par une caméra vidéo du ferry et diffusés par la police.

Sussex Police

L'enseignant a été placé en garde à vue, la jeune fille devrait elle subir un examen médical avant de rejoindre ses parents.

«On a retrouvé le couple sur la voie publique dans le centre de Bordeaux», a déclaré une source policière, ajoutant que Megan, la mineure de 15 ans, était «en bonne santé». Cette opération a été menée à l'issue de plusieurs jours de surveillance, a indiqué la source.

L'enseignant avait quitté il y a huit jours le Royaume-Uni pour le continent avec son élève qui l'avait suivi de son plein gré, selon les enquêteurs britanniques. Un mandat d'arrêt avait tout de même été lancé «pour enlèvement d'enfant» par la police britannique car la jeune fille avait été «emmenée sans le consentement de ses parents».

Alors que l'enseignant a été placé en garde à vue, la jeune fille a été conduite au commissariat de police de Bordeaux. Elle devrait subir un examen médical avant d'être remise dès que possible à ses parents.

La majorité sexuelle est fixée à 16 ans au Royaume-Uni et à 15 ans en France, mais il existe toutefois dans ce dernier pays «un délit d'atteinte sexuelle sans violence sur mineur de plus de 15 ans en abusant de l'autorité conférée par ses fonctions».

La fugue

D'après les enquêteurs britanniques, Megan Stammers et son professeur avaient quitté le Sussex (sud de l'Angleterre) le 20 septembre à bord de la voiture de l'enseignant, une Ford Fiesta noire. La jeune fille et le professeur, Jeremy Forrest, âgé de 30 ans et marié, étaient amoureux secrètement et avaient décidé de fuir.

L'alerte avait été donnée le lendemain à la mi-journée, quand l'établissement où elle est scolarisée avait constaté son absence. Plus tard, des vidéos prises sur le ferry entre Douvres et Calais par des caméras de surveillance montraient l'adolescente et l'enseignant, main dans la main.

Selon la presse britannique, l'enseignant, qui est marié et fait de la musique, aurait écrit il y a quelques mois sur un blog, rédigé sous son nom de scène: «Je suis accro à toi comme à de l'héroïne», évoquant son «dilemme moral».

Le soulagement d'un père

Les familles ont été informées et les préparatifs sont en cours pour permettre le retour sur le territoire britannique de Megan, «dès que possible» selon le parquet.

«Je suis aux anges, sur un petit nuage», a expliqué Martin Stammers, père de Megan, sur la chaîne Sky News, devant le domicile familial. «J'éprouve un tel soulagement», a-t-il ajouté, soulignant son «euphorie totale de la savoir saine et sauve». Il s'est refusé en revanche à tout commentaire sur l'enseignant.

Il a remercié la police britannique pour son travail «incroyable», mais aussi la police française dont certains médias britanniques avaient critiqué le manque d'empressement dans cette affaire. «Quoi qu'aient pu dire les médias (...), elle (la police française) a travaillé très dur», a-t-il souligné.

(AFP)

Ton opinion