Actualisé 23.09.2015 à 14:36

Crise des réfugiésLa Commission européenne épingle 19 pays de l'UE

La Commission lance 40 procédures pour non respect du droit d'asile contre notamment la France et l'Allemagne. Bruxelles veut aussi mobiliser 1,7 milliard d'euros supplémentaires.

La nouvelle est tombée avant le sommet extraordinaire des dirigeants européens.

La nouvelle est tombée avant le sommet extraordinaire des dirigeants européens.

Marko Djurica, Reuters

La Commission européenne a épinglé 19 Etats membres de l'UE, dont la France et l'Allemagne, pour non respect du droit d'asile, dans un communiqué diffusé mercredi.

«Il est grand temps que les Etats membres fassent ce qu'il est nécessaire de faire», a déclaré le numéro deux de la Commission, Frans Timmermans, avant un sommet extraordinaire des dirigeants européens à Bruxelles sur la crise migratoire.

«En Europe, tout le monde doit respecter les standards communément admis sur la manière d'accueillir les demandeurs d'asile», a intimé le commissaire européen responsable des migrations, le Grec Dimitris Avramopoulos.

Lettres de mise en demeure envoyées

Bruxelles a lancé au total 40 procédures contre 19 Etats membres qui n'ont pas informé la Commission de la façon dont ils ont transposé le droit d'asile européen dans leur législation nationale.

La Commission a envoyé aux pays fautifs des lettres de mise en demeure, invitant les autorités nationales à formuler des observations sur la mise en conformité de leur législation dans un délai de deux mois maximum.

La Grèce, l'Italie et la Hongrie, situées tous trois à des frontières stratégiques de l'UE et par conséquent points d'arrivée du flux de migrants, sont parmi les 19 pays épinglés.

Mais la Grèce est particulièrement pointée du doigt, «avec de sérieuses déficiences dans le système du droit d'asile, notamment concernant les conditions de réception matérielles», selon le communiqué.

1,7 milliard d'euros supplémentaires

La Commission européenne a également proposé de mobiliser 1,7 milliard de fonds supplémentaires de l'UE pour faire face à l'afflux de réfugiés. Une partie a pour objectif d'accroître les moyens de l'agence Frontex.

Ces fonds supplémentaires porteraient à 9,2 milliards d'euros les fonds que compte consacrer sur deux ans l'Union européenne à la résolution de la crise, a précisé la commissaire au Budget Kristalina Georgieva. Ces nouvelles propositions de la Commission européenne doivent être soumises aux chefs d'Etats et de gouvernements qui se réunissent mercredi soir à Bruxelles.

Soutenir l'agence Frontex

Une partie de ces fonds supplémentaires (600 millions d'euros) a notamment pour objectif d'accroître les moyens de l'agence Frontex (chargée de la coordination de la gestion des frontières), de l'Easo (l'agence de politique européenne en matière d'asile) et d'Europol.

La Commission demande également de soutenir le fonds déjà mis en place pour la Syrie, à hauteur de 500 millions d'euros tirés du budget européen, qui devrait être complété par des versements des Etats membres.

Une enveloppe de 300 millions d'euros serait par ailleurs destinée à accroître en 2016 l'aide humanitaire aux réfugiés, selon la Commission européenne qui appelle les Etats membres à apporter des contributions au Programme alimentaire mondial (PAM), qui a dû réduire ses actions faute de moyens.

(afp/ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!