Actualisé 30.10.2018 à 15:16

PolitiqueLa commune la plus à gauche, c'est Lajoux

Alors que les régions rurales sont généralement conservatrices, les Franches-Montagnes font exception.

par
Vincent Donzé
Photo d'illustration Lajoux (JU)

Photo d'illustration Lajoux (JU)

Capture Youtube

Conservatrices, les régions rurales? Pas les Franches-Montagnes: ce district jurassien dément une enquête de SRF News et de l’Institut de sondage Sotomo qui a abouti à ce constat en 2015. La preuve avec l’analyse des résultats des initiatives et référendums.

Selon Le Quotidien Jurassien, les Francs-Montagnards se montrent généralement «ouverts, progressistes et solidaires». Et la commune la plus à gauche du pays, c’est Lajoux (JU).

Un historien, un militant, un journaliste et un politicien ont livré leur sentiment. Leur hypothèse partagée, c’est l’influence de la lutte contre la place d’armes aux Franches-Montagnes, combat gagné en 1976 avec l’abandon de ce projet par la Confédération.

Forte opposition

«La très forte opposition à ce projet avait insufflé dans les Franches-Montagnes une posture assez générale de contestation de l’institution», a expliqué l’historien Emanuel Gogniat au Quotidien jurassien. Autre facteur: la forte industrialisation de cette région campagnarde et ses liens avec le syndicalisme.

Une explication plus inédite remonte à... 1384, lorsque le prince-évêque Imier de Ramstein a affranchi d’impôts les habitants du haut plateau pour favoriser l’immigration dans cette terre au climat rude: «On peut imaginer que les colons qui s’y installèrent étaient parfois en détresse, ou en tous les cas pas dans les moules», avance le militant Jean-Louis Miserez dans le QJ.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!