Neuchâtel: La comptable avait détourné plus de 6 millions de francs

Publié

NeuchâtelLa comptable avait détourné plus de 6 millions de francs

Une employée d’une société de l’industrie dentaire a effectué des virements sur ses comptes personnels pendant plus de neuf ans. Elle a été condamnée à cinq ans et trois mois de prison ferme.

par
J.Z
Photo d’illustration

Photo d’illustration

iStock

La comptable menait un grand train de vie, entre achats immobiliers, de voitures et autres objets de luxe. «Une caverne d’Ali Baba», a souligné le Ministère public lors de l’audience lundi dernier, rapportée par «ArcInfo».

Entre juillet 2007 et août 2016, ce sont près de 6,5 millions de francs que cette quinquagénaire a détournés des comptes de l’entreprise neuchâteloise de fabrication et distribution de matériel dentaire dans laquelle elle travaillait. Exploitant une faille du système informatique, elle a effectué sur cette période pas moins de 862 virements sur ses comptes personnels.

«Sept identités»

Selon «ArcInfo», l’escroquerie a été mise au jour par hasard, lorsqu’une assistante comptable est allée vérifier quelques virements. La prévenue avait notamment utilisé sept identités différentes et créé un faux certificat de travail pour parvenir à ses fins.

Devant le Tribunal criminel des Montagnes et du Val-de-Ruz, cette dernière a assuré être rongée par la honte et faire son «possible pour réparer», avec 120 000 francs aujourd’hui remboursés à la société lésée. Son époux, présent en tant que témoin, a pour sa part indiqué que sa femme avait le «syndrome de Robin des Bois» et qu’elle avait utilisé l’argent détourné pour son entourage ainsi que pour d’autres personnes dans le besoin.

Au vu de l’ampleur de la somme détournée et des dépenses importantes de la prévenue, le Ministère public a de son côté évoqué un «mobile égoïste» et réclamé six ans de prison ferme.

2,5 millions volatilisés

Sur les 6,5 millions de francs subtilisés, 2,5 millions sont aujourd’hui toujours introuvables. Mais la quinquagénaire a refusé de répondre aux questions de la Cour à ce sujet.

La comptable a finalement écopé de cinq ans et trois mois de peine privative de liberté sans sursis pour utilisations frauduleuses d’un ordinateur, commises par métier, ainsi que faux dans les certificats. Devant le risque de fuite élevé, la Cour a ordonné sa détention immédiate.

Ton opinion

22 commentaires