20.11.2014 à 14:25

La Confédération poussée à financer le projet «Ecoles à Berne»

Education civique

Soutenue par 74 conseillers nationaux de tous bords, la Valaisanne Viola Amherd (PDC) réclame une aide financière de la Confédération pour sauver le projet «Ecoles à Berne». Le Conseil fédéral refuse.

Siéger une semaine à Berne sous la coupole contribue à renforcer l'éducation civique des jeunes privilégiés.

Siéger une semaine à Berne sous la coupole contribue à renforcer l'éducation civique des jeunes privilégiés.

ARCHIVES, Keystone

Des classes d'école secondaire doivent pouvoir continuer à siéger une semaine sous la coupole à Berne.

Soutenue par 74 conseillers nationaux de tous bords, Viola Amherd (PDC/VS) réclame une aide financière de la Confédération pour sauver le projet «Ecoles à Berne». Le Conseil fédéral refuse.

Mis en place avec les écoles depuis 2009 mais facultatif, le projet permet à quatre à six classes de différents cantons et régions linguistiques d'étudier ensemble à Berne durant une semaine les arcanes de la politique fédérale. Ses bailleurs de fonds ne veulent plus le financer au-delà de 2015.

Pour la motionnaire, la Confédération doit prendre le relais et débloquer une enveloppe comparable à celle de la session des jeunes, soit 180'000 francs cette année. Il est en effet essentiel de promouvoir l'éducation à la citoyenneté.

Le projet «Ecoles à Berne» fournit une précieuse contribution en la matière, reconnaît le gouvernement dans sa réponse publiée ce jeudi 20 novembre. Pour des raisons juridiques, la Confédération ne peut toutefois lui apporter de soutien. Ce n'est en effet ni un projet extrascolaire, ni un projet conçu par des enfants ou des jeunes.

Le Conseil fédéral n'en attache pas moins une grande importance à la participation des jeunes en politique. La Confédération s'engage dans des activités encourageant la participation politique, elle y a consacré plus de 750'000 francs en 2014. Et le gouvernement de citer l'organisation de la Session des jeunes, des projets comme «easyvote» ou «Speak out!» et le soutien aux jeunesses des partis.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!