Stupéfiant: La Coop vend des joints au rayon enfants

Publié

StupéfiantLa Coop vend des joints au rayon enfants

Le distributeur vend des répliques en plastique pour le carnaval. Un père est choqué. Et il n'est pas le seul.

par
Philippe Messeiller
On trouve les faux joints au rayon jouets.

On trouve les faux joints au rayon jouets.

20 Minuten Leserfoto

«Je n'en croyais pas mes yeux», lance Christian Borer. Accompagné de sa fille de 6 ans, il se rend à la Coop de Reinach (BL) pour, notamment, un déguisement pour le carnaval, raconte-t-il à «20minuten». Jusqu'à ce que l'enfant tombe sur un joint empaqueté. Pour le papa, le distributeur a été trop loin. Et il n'est pas le seul à penser cela.

Au rayon jouets, père et fille cherchent leur bonheur. La petite tombe sur un joint en plastique. «Ma fille m'a demandé à quoi cela servait», se souvient le papa outré. Et ce n'est pas un couac. La Coop commercialise cet accessoire dans toute la Suisse pour 4 fr. 50. «Cela sape tous les efforts des parents qui veulent éduquer leurs enfants dans un environnement sans drogue.»

Tout est permis à carnaval. Vraiment?

«Pour le carnaval, on peut faire des choses qu'on ne se permettrait pas autrement le reste de l'année, rétorque au «Matin» Ramon Gander, porte-parole de la Coop. Si une personne veut se déguiser en Bob Marley, il doit pouvoir en avoir tous les attributs.»

Et le fait que cela puisse inciter des enfants à trouver cela plutôt cool alors qu'il est illégal de fumer en Suisse? «Ce joint est en plastique, réplique Ramon Gander. C'est un accessoire comme un autre. Comme une couronne, une araignée ou un masque de monstre.» Et de préciser que les enfants ne sont pas ciblés particulièrement, mais tous les amateurs de déguisements.

Plainte possible

Ce n'est avec ce type d'argument que la Coop s'en sortira. Les couteaux s'aiguisent. Ainsi Sabina Geissbühler, présidente de l'Association suisse des parents contre la drogue, condamne la Coop pour ce produit. «Je ne peux pas y croire, dit-elle à «20minuten». C'est une grave erreur.» Pour elle, c'est une incitation à consommer de la drogue. La traduction plus que douteuse en français («Joint en blaguant») aurait tendance à lui donner raison. L'association examine si elle va prendre des mesures juridiques.

Mais jusqu'où est prête à aller la Coop? A la question de savoir si elle fournira un jour le kit du parfait petit djihadiste? «Bien sûr que non», promet le porte-parole du grand distributeur. On se rassure, la Coop a quand même des limites. Même pour carnaval.

Ton opinion