Corées: La Corée du Sud soutient le Nord face au monde

Actualisé

CoréesLa Corée du Sud soutient le Nord face au monde

En visite à Paris, le président de la Corée du Sud souhaite encourager son homologue nord-coréen et va tenter de convaincre Macron de se montrer plus conciliant sur le dossier.

Les deux pays sont plus solidaires que jamais.

Les deux pays sont plus solidaires que jamais.

Kcna Via Kns, AFP

Le président sud-coréen Moon Jae-in a fait l'éloge de son homologue du Nord Kim Jong Un, louant sa «sincérité», et appelle la communauté internationale à «l'accompagner» dans son «désir de paix», dans un entretien au journal Le Figaro lundi.

«Malgré son jeune âge, Kim Jong Un fait preuve de sincérité, de simplicité, de calme et de politesse. Au cours de nos trois rencontres cette année, j'ai pu constater qu'il avait une vision claire de la prospérité et de la paix au Sud et au Nord», affirme M. Moon, en visite officielle en France.

Exceptionnelle détente

M. Kim a aussi «une volonté ferme, à condition que son régime soit garanti, de consacrer toute son énergie au développement économique de son pays au détriment de l'arme nucléaire», ajoute-t-il, dans un contexte d'exceptionnelle détente entre les deux Corée, après les tensions extrêmes provoquées par les programmes nucléaire et balistique de Pyongyang.

«Il est temps de répondre à ces efforts difficilement consentis. Nous devons assurer Kim Jong Un qu'il a pris la bonne décision de dénucléariser et nous devons l'accompagner dans son désir de paix durable et solide», juge M. Moon alors que les points de vue de Séoul et de Washington, l'autre grand acteur des négociations sur le nucléaire coréen, semblent diverger de plus en plus.

Les avis du reste du monde divergent

La communauté internationale est divisée sur le maintien ou l'allègement des sanctions contre Pyongyang, au vu des déclarations de Kim Jong Un en faveur d'une dénucléarisation. M. Moon est le principal architecte de la spectaculaire détente en cours avec le Nord, soumis à de multiples sanctions de l'ONU du fait de ses programmes nucléaire et balistique.

Les Etats-Unis, en pointe des efforts internationaux menés en 2017 pour faire pression sur l'économie nord-coréenne, refusent un allègement des sanctions tant que le Nord n'aura pas procédé à une «dénucléarisation finale et entièrement vérifiée».

M. Moon rencontrera le président français Emmanuel Macron lundi et devrait tenter de le convaincre d'adopter une position conciliante sur le dossier nucléaire nord-coréen. A l'Assemblée générale de l'ONU en septembre, M. Macron avait appelé le Conseil de sécurité, dont la France est membre permanent, à rester vigilant sur le nucléaire nord-coréen. Il avait estimé que le dialogue devait continuer à s'accompagner d'une «application rigoureuse des sanctions décidées par ce conseil».

(AFP)

Ton opinion