Insolite – La Côte: des alpagas engagés pour la lutte antiaérienne

Publié

InsoliteLa Côte: des alpagas engagés pour la lutte antiaérienne

À Crassier, des alpagas protègent les poules des attaques de rapaces.

Les deux alpagas doivent prévenir toute attaque d’autours des palombes.

Les deux alpagas doivent prévenir toute attaque d’autours des palombes.

iStock

Député vaudois et syndic de Crassier, Serge Melly est aussi paysan. Il a décidé d’«engager» deux alpagas dans un but bien précis: la lutte antiaérienne. Ces animaux originaires des Andes doivent en effet protéger les poules des attaques de rapace.

Dans son domaine, explique Serge Melly dans «La Côte», des poules pondeuses d’œufs bios sont élevées dans un parc de près d’un demi-hectare. Mais elles sont la cible d’attaques d’Rapace à ton voisin-.: ces rapaces ont déjà tué une quinzaine de poules depuis février. Qui sont décédées dans des circonstances décrites comme «horribles». «Le prédateur volant plonge sur sa proie, la serre dans ses griffes, commence à la plumer et à la dévorer encore vivante», témoigne l’élu.

Teigneux et curieux

Différentes techniques ont été tentées pour protéger les pondeuses mais elles ont toutes échoué, les rapaces étant particulièrement malins. Serge Melly a donc opté pour une approche originale: des alpagas, qui lui ont été prêtés. Des animaux qui ont deux atouts: ils sont décrits comme teigneux ils crachent, mordent et donnent beaucoup de coups de pied, est-il précisé mais aussi curieux. «Donc un incident dans le parc ne les laisse jamais indifférents», indique le Vaudois. Ils nécessitent également peu de soins.

Même s’il n’y a aucune garantie pour l’avenir, pour l’instant cet essai est une réussite. Plus aucune poule n’a succombé à une attaque de rapace depuis qu’elles côtoient les alpagas. Dernière précision, sourit «La Côte», un alpaga se nomme Mochiqua. L’autre a été baptisé DCA, qui renvoie habituellement à une défense contre aéronefs mais est ici encore plus précis: «Défense contre autours»…

(R.M.)

Ton opinion