Publié

EnvironnementLa couche d'ozone se rétablit lentement

La couche d'ozone se rétablit lentement, a confirmé vendredi à Genève l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

La pollution formait une épaisse couches de brouillard sur le Chili en juin 2011.

La pollution formait une épaisse couches de brouillard sur le Chili en juin 2011.

L'ONU a souligné que l'adoption du Protocole de Montréal, il y a exactement 25 ans, a joué un rôle décisif.

«Avec l'élimination de 98% des gaz nocifs pour l'ozone contenus dans les produits industriels et agricoles et les produits de grande consommation, la couche d'ozone est en bonne voie d'être restaurée au cours des cinq prochaines décennies», a affirmé le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, dans un message publié à l'occasion de la Journée internationale de la couche d'ozone.

Le Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d'ozone, signé le 16'septembre 1987, a mis un coup d'arrêt à la destruction de la couche d'ozone qui protège la Terre des rayons ultraviolets nocifs émis par le soleil.

«Des millions de cas de cancer de la peau et de cataracte, ainsi que les effets nocifs du rayonnement ultraviolet sur l'environnement, ont déjà pu être évités. Le Protocole a en outre catalysé l'innovation dans l'industrie, pour aboutir à la création de systèmes de réfrigération plus économes d'un point de vue énergétique et plus respectueux de l'environnement», a déclaré Ban'Ki-moon.

Pic vers l'an 2000

Bien que l'on soit parvenu, grâce au Protocole de Montréal, à réduire leur production et leur consommation, ces substances chimiques destructrices d'ozone ont une longue durée de vie dans l'atmosphère. Il faudra attendre plusieurs décennies avant que leur concentration ne retombe au niveau d'avant 1980, a rappelé l'OMM.

La concentration de gaz nocifs pour l'ozone a atteint son pic dans la stratosphère antarctique aux alentours de l'an 2000. Actuellement, elle diminue lentement au rythme annuel de 1% environ.

La couche d'ozone, en dehors des régions polaires, devrait revenir à son niveau d'avant 1980 avant le milieu du siècle. En revanche, la couche d'ozone au-dessus de l'Antarctique devrait mettre plus de temps à se reformer.

L'OMM a précisé que, cette année, le trou dans la couche d'ozone a rapidement gagné de l'ampleur au cours des deux premières semaines de septembre, pour passer de moins de 10 millions de km2 à approximativement 19 millions de km2. On observe à la mi-septembre un trou d'ozone qui est plus petit qu'à la même période en 2011 mais plus grand qu'en 2010.

(ats)

Votre opinion