La couverture du «Film Français» consterne par son manque de diversité

Publié

MédiasLa couverture du «Film Français» consterne par son manque de diversité

La photo de sept grands noms du cinéma français sous le titre «Objectif: reconquête» a été dénoncée vendredi par plusieurs personnalités. Un choix regrettable, a réagi la rédaction.

par
Laurent Flückiger
(Lematin.ch)
De gauche à droite, six acteurs: Pio Marmaï, Guillaume Canet, Vincent Cassel, François Civil, Pierre Niney et Danny Boon. Et au premier plan: le président de Pathé, Jérôme Seydoux. Le magazine revient en fait sur la Journée des Éditeurs de Films organisée la semaine dernière à Deauville.

De gauche à droite, six acteurs: Pio Marmaï, Guillaume Canet, Vincent Cassel, François Civil, Pierre Niney et Danny Boon. Et au premier plan: le président de Pathé, Jérôme Seydoux. Le magazine revient en fait sur la Journée des Éditeurs de Films organisée la semaine dernière à Deauville.

DR

Il y a des choses qui ne changent donc pas, et ça rassure peut-être certains. Vendredi 30 septembre, le magazine spécialisé de cinéma «Le film français» a été attrapé en vilain délit de sexisme. Sur sa couverture, titrée en lettres capitales «OBJECTIF: LA RECONQUÊTE», que des hommes, blancs de surcroît. De gauche à droite, six acteurs: Pio Marmaï, Guillaume Canet, Vincent Cassel, François Civil, Pierre Niney et Danny Boon. Et au premier plan: le président de Pathé, Jérôme Seydoux. Il est beau le cinéma français!

Plusieurs personnalités du cinéma et de la télévision ont rapidement dénoncé cette Une en raison de son manque de diversité. Ainsi, Audrey Diwan, qui lutte pour l’égalité des femmes et des hommes et la diversité dans le cinéma et l’audiovisuel avec son collectif 50/50 a tweeté: «Si on vous gêne, n’hésitez pas à le dire.» Alexandra Lamy a réagi ironiquement: «Pas de femmes, pas de diversité. La grande classe!»

Le message de la romancière Tristane Banon va sur la même ligne: «Heureusement que vous avez pensé aux femmes qui font, elles aussi, le cinéma français. La couverture aurait eu moins de force sans elles… Merci, et bravo.»

«Rien ne va»

Très remontée, l’animatrice de Paris Première Anaïs Bouton en a profité pour faire un appel. «C’est pas possible! Virginie Efira, Marion Cotillard, Rebecca Zlotowski, Sandrine Kiberlain, Leïla Bekhti, Marie Masmonteil, Sylvie Pialat, Julia Ducournau… Rejoignez le réseau Pour les femmes dans les médias! Parce qu’apparemment, vous ne pouvez rien pour le cinéma français», a-t-elle lancé, ajoutant le hashtag «Pas les fesses sorties des ronces».

Et chez les hommes? L’avis du producteur de Parasomnia Productions Marc Missonnier est tranché. «Rien ne va, ni le titre, ni la photo. Que des hommes. Comment torpiller en un instant une impression pourtant prometteuse laissée par la journée des distributeurs au congrès de la Fédération nationale des cinémas français», a-t-il écrit.

La réaction de la rédaction

En début d’après-midi, «Le Film Français» a réagi par quatre tweets, reconnaissant que le choix de publier la photo et le choix des termes sont «malheureux et regrettables».

La rédaction dit avoir «involontairement» véhiculé «une image non représentative» du cinéma français en mettant en avant certains des films porteurs de 2023.

Ton opinion

11 commentaires