Publié

VW New BeetleLa «Cox» a retrouvé son âme

Une petite retouche à sa ligne et l'ex-icône de Volkswagen renaît. Magique.

par
Philippe Clément
La New Beetle a retrouvé un toit plus fidèle au glorieux passé de son ancêtre.

La New Beetle a retrouvé un toit plus fidèle au glorieux passé de son ancêtre.

Philippe Clément

Etonnant comme, parfois, un détail peut avoir une importance cruciale. Après s'être avérée un flop cuisant, la première aventure «néorétro» de Volkswagen aurait pu se terminer en queue de poisson.

Que nenni! L'équipe de design maison a passé par là. Et la seconde mouture de la nouvelle «Cox» fait mouche! Magique? Non: simple. Encore fallait-il le comprendre.

Equilibre parfait

Que les puristes aient reproché à la Beetle de «trahir» la Coccinelle en abandonnant le moteur arrière est une chose. Le rejet du public était à chercher ailleurs. Dans ce toit en demi-rond, qui faisait ressembler la Beetle à une taupinière plus qu'à son illustre ancêtre.

Le simple fait d'avoir «aplati» ce toit, pour retrouver la silhouette originale, fait, au premier coup d'œil, toute la différence.

Mais ce n'est évidemment pas le seul atout de cette seconde mouture. Plus aboutie, plus équilibrée, plus affinée, la New Beetle est aussi sexy à conduire qu'elle l'est à admirer.

Surtout quand, comme c'était le cas lors de cet essai, on hérite de la version «turbo»… Mazette! Quel punch! Quel peps! Et quel caractère! Pour avoir été l'heureux propriétaire d'une «Cox» de 1964, on ne peut que s'émerveiller devant la tenue de route et le comportement de la petite nouvelle!

De quoi lui pardonner de n'offrir que deux portes, quatre places et un petit coffre. La New Beetle? Une voiture coup de cœur, sympa et agile. Le bonheur total, en somme.

PRIX DE BASE

FICHE TECHNIQUE

Votre opinion