Publié

FESTIVALLa crème de l'electro, Henri Dès et Ziggy Marley à Caprices

Dix ans d'existence, ça méritait un gros changement. Au revoir le rock, bonjour la techno, la chanson et les musiques urbaines au festival de Crans-Montana.

par
Fred Valet

«De toute façon, le Caprices change tous les ans. Cette fois, plus qu'avant, on veut faire vivre la station.». C'est vrai. Mais pour cette 11e édition, le Caprices Festival change notamment de peau, mais aussi d'envergure et de démarche. Cette année, le festival perché dans la station de Crans-Montana se déroulera sur deux week-ends et, surtout, au coeur du village. Deux week-ends, deux ambiances. Deux premiers jours qui vont se concentrer sur l'electro de luxe et, une semaines plus tard, ce sera le reggae, la chanson et le rap qui feront trembler les flocons. Dansant et festif, donc, le 11e Caprices. «En dix ans, après avoir essayé beaucoup de choses, nous avons compris qui était notre public. Nous ne voulions pas taper dans le trop commercial ou le patchwork. Nous sommes fiers de ce programme techno, house.»

Votre opinion