Turquie: La crise entre Ankara et l'UE s'envenime

Publié

TurquieLa crise entre Ankara et l'UE s'envenime

Le ministère turc des Affaires étrangères a accusé l'Union européenne d'alimenter «la xénophobie et les sentiments anti-turcs».

1 / 72
La justice turque a demandé mercredi l'arrestation du journaliste exilé en Allemagne Can Dündar. (5 décembre 2018)

La justice turque a demandé mercredi l'arrestation du journaliste exilé en Allemagne Can Dündar. (5 décembre 2018)

Keystone
Le Parlement turc a adopté une nouvelle loi «antiterroriste» controversée qui reprend plusieurs mesures de l'état d'urgence mis en place après le putsch manqué de juillet 2016 et aboli il y a une semaine. (Mercredi 25 juillet 2018)

Le Parlement turc a adopté une nouvelle loi «antiterroriste» controversée qui reprend plusieurs mesures de l'état d'urgence mis en place après le putsch manqué de juillet 2016 et aboli il y a une semaine. (Mercredi 25 juillet 2018)

AFP
Berlin a demandé des explications à Ankara après la fermeture soudaine d'une école allemande dans la ville turque d'Izmir. (Samedi 30 juin 2018)

Berlin a demandé des explications à Ankara après la fermeture soudaine d'une école allemande dans la ville turque d'Izmir. (Samedi 30 juin 2018)

AFP

La crise diplomatique entre la Turquie et l'Europe s'envenime et Ankara a promis de «nouvelles mesures» contre La Haye après l'interdiction faite à deux ministres turcs de participer à des rassemblements pro-Erdogan aux Pays-Bas.

Mardi, le président turc Recep Tayyip Erdogan a de nouveau éreinté les Pays-Bas en évoquant leur rôle dans le génocide de Srebrenica, en 1995 dans l'ex-Yougoslavie, et en promettant qu'il n'en resterait pas là avec La Haye.

Maintenant la pression au risque de détériorer encore plus des relations déjà tendues avec plusieurs pays européens, Recep Erdogan a estimé qu'un «oui» au référendum du 16 avril sur le renforcement de ses pouvoirs serait la meilleure réponse aux «ennemis» de la Turquie.

Evocation du massacre de Srebrenica

Dans un discours à Ankara, Recep Erdogan a promis de «nouvelles mesures» contre La Haye, après une série de sanctions diplomatiques annoncées lundi pour avoir empêché deux ministres turcs d'assister à des meetings de campagne de la diaspora turque. Il en a profité pour évoquer Srebrenica, enclave sous protection de Casques bleus néerlandais où quelque 8000 hommes et garçons musulmans avaient été massacrés par les forces serbes de Bosnie, une affaire vécue comme un traumatisme aux Pays-Bas.

«Nous connaissons les Pays-Bas et les Néerlandais par le massacre de Srebrenica. Nous savons combien leur moralité (...) a été entamée par les 8.000 Bosniens qui ont été massacrés», a déclaré Recep Erdogan. «Personne ne devrait nous donner des leçons de civilisation. Leur histoire est sombre, mais la nôtre est propre».

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a immédiatement réagi, qualifiant ces propos de «falsification nauséabonde de l'Histoire» et déplorant que Recep Erdogan «continue à envenimer la situation». Lundi soir, la Turquie avait annoncé la suspension des rencontres au niveau ministériel avec les Pays-Bas et son refus du retour à Ankara de l'ambassadeur néerlandais, actuellement à l'étranger.

Législatives aux Pays-Bas

«Nous avons commencé par des sanctions politiques, mais des sanctions économiques pourraient suivre», a menacé mardi le vice-Premier ministre turc Numan Kurtulmus sur la chaîne de télévision CNN-Turk.

La Haye est un partenaire commercial et un investisseur clé pour la Turquie. Cette crise intervient alors que les Pays-Bas organisent mercredi des élections législatives où le parti du député islamophobe Geert Wilders est donné en deuxième place par les sondages.

Pour sa part, le ministre allemand de l'Intérieur Thomas de Maizière a accusé mardi le pouvoir turc de chercher par ses «provocations» contre l'Europe à se poser «en victime» pour peser sur le résultat du référendum.

Méthodes «nazies»

L'Allemagne a été la première début mars à s'attirer les foudres du président Erdogan après que des municipalités ont interdit à des ministres turcs de promouvoir le «oui» au référendum du 16 avril. Le chef de l'Etat turc a répliqué en accusant à maintes reprises Berlin d'user de méthodes «nazies».

Le chef de la chancellerie allemande Peter Altmaier, proche de la chancelière Angela Merkel, a également haussé le ton mardi soir en menaçant d'interdire aux dirigeants turcs de se rendre en Allemagne. Dans le sillage de cette crise, l'Etat allemand de la Sarre (ouest), frontalier de la France, a décidé d'interdire à tout responsable étranger des réunions électorales sur son territoire.

Mardi, le ministère turc des Affaires étrangères a accusé l'Union européenne d'alimenter «la xénophobie et les sentiments anti-turcs» pour avoir enjoint Ankara la veille de «s'abstenir de toute déclaration excessive». Il a estimé dans un communiqué que la déclaration de l'UE n'avait «pas de valeur».

Des propos «aberrants»

Dans une interview diffusée lundi soir, Recep Erdogan s'en était aussi pris personnellement à Angela Merkel, l'accusant de «soutenir les terroristes», l'Allemagne abritant selon lui des militants de la cause kurde et des putschistes présumés impliqués dans le coup d'Etat avorté du 15 juillet 2016 en Turquie. Angela Merkel a jugé ces propos «aberrants».

Inquiet des répercussions de cette crise diplomatique sur les relations entre la Turquie et ses alliés de l'Otan, le département d'Etat américain a appelé les parties en présence à «éviter l'escalade rhétorique et à travailler ensemble pour résoudre ce différend».

La diaspora turque en Europe est estimée à plus de 4 millions de personnes, dont près de 2,5 millions ont le droit de vote dans les scrutins turcs. Leurs voix sont particulièrement convoitées par Ankara en vue du référendum sur le renforcement des pouvoirs de Recep Erdogan et dont l'issue s'annonce serrée.

Un «oui» au référendum, meilleure réponse aux «ennemis»

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé mardi qu'une victoire du oui au référendum sur l'extension de ses pouvoirs serait la meilleure réponse aux «ennemis», sur fond de tension avec l'Europe sur la tenue de meetings en vue de ce scrutin.

Le président turc s'en est pris de nouveau aux Pays-Bas pour avoir empêché deux ministre turcs de participer à des meetings de campagne en faveur du référendum du 16 avril sur leur sol, promettant de «nouvelles mesures» pour sanctionner ce «terrorisme d'Etat».

(AFP)

Ton opinion