Football féminin - «La Croatie nous a toujours posé des problèmes»

Publié

Football féminin«La Croatie nous a toujours posé des problèmes»

Pour poursuivre leur sans-faute dans les éliminatoires pour le Mondial 2023, les Suissesses devront répondre au défi physique imposé par les Croates, ce mardi à Zurich.

par
Florian Paccaud
(Zurich)

Après avoir battu la Roumanie vendredi (2-0), l’équipe de Suisse va tenter ce mardi contre la Croatie d’enchaîner un quatrième succès de rang dans le groupe G des qualifications pour la Coupe du monde 2023, en Australie et Nouvelle-Zélande. Au Letzigrund (19 h), les protégées de Nils Nielsen chercheront à faire le plein de confiance avant le choc contre l’Italie, prévu dans un mois à Palerme.

Les Croates, lanternes rouges, n’ont pas encore marqué le moindre point dans cette campagne qualificative, s’inclinant lors de leurs trois premiers matches, deux fois contre la Squadra azzurra, une fois face à la Roumanie. Elles n’ont pas encore trouvé le chemin des filets, concédant 10 buts. Mais la dernière fois que les joueuses de Stella Gotal avaient affronté les Suissesses, les deux équipes n’avaient pas réussi à se départager (1-1). C’était il y a 13 mois à Zapresic, à côté de Zagreb.

«Nous avons progressé»

Un souvenir qui n’inquiète pas l’entraîneur national: «Les choses ont changé, c’était après 6 mois de pause à cause du coronavirus, et on n’avait qu’un seul entraînement dans les jambes, explique Nils Nielsen. Là, on reste sur 3 bonnes prestations dans ces éliminatoires. Nous sommes aujourd’hui beaucoup mieux préparés et nous avons progressé dans le jeu. Cela ne se reproduira pas.»

«Et nous évoluerons à domicile, surenchérit Ana-Maria Crnogorcevic, auteure d’un doublé vendredi. C’est une différence non négligeable. Ces derniers temps, nous avons toujours bien joué à la maison. On a beaucoup plus d’automatismes, et il n’appartient qu’à nous de faire en sorte que cette rencontre soit totalement différente.»

«Dicter notre rythme»

La Nati, en manque d’efficacité face à la Roumanie – 4 montants touchées –, peut toutefois s’appuyer sur un fond de jeu de qualité. «Nous devons aborder cette partie dans le même état d’esprit que vendredi, prévient le coach national. Continuer à jouer rapidement et dicter notre rythme.»

Car en terme de jouerie, la Suisse progresse à chacune de ses sorties, en terme de déplacements sur le terrain et d’appels de balle notamment. «Ce qui nous permet de nous créer de plus en plus d’occasions», souligne le Danois. «Avec un peu plus de réussite, on aurait pu battre les Roumaines 5 ou 6-0, et là, tout le monde aurait dit qu’on avait fait un super match», rajoute la joueuse du FC Barcelone.

Combat physique

Cependant, il ne faudra pas croire que la partie sera jouée d’avance. «La Croatie nous a toujours posé des problèmes, rappelle Nils Nielsen. C’est une équipe difficile à jouer, agressive, qui se bat sur chaque ballon. On devra réussir à répondre à ce défi physique pour pouvoir faire parler notre supériorité.»

A la question de savoir s’il allait apporter des modifications à son équipe, le sélectionneur est resté évasif. «On dit qu’on ne change pas une équipe qui gagne. Mais je dirais aussi que quand tu veux toujours gagner, alors tu dois toujours changer quelque chose.» Une chose est sûre, Julia Stierli, titulaire vendredi, a dû quitter le rassemblement et ne sera pas alignée. Un autre élément ne va en revanche pas changer: la soif de succès des Suissesses.

Ton opinion