Commentaire: Berset ou l’impossible chemin
Publié

CommentaireBerset ou l’impossible chemin

En août dernier, personne ne croyait à une nouvelle vague, sauf les experts. Va-t-on revivre le même scénario en février 2021?

par
Eric Felley
Sur la RTS, le 12 août 2020, Alain Berset et le Conseil fédéral avaient justifié le fait de réautoriser les manifestations de plus de 1000 personnes. La deuxième vague a contredit cette décision.

Sur la RTS, le 12 août 2020, Alain Berset et le Conseil fédéral avaient justifié le fait de réautoriser les manifestations de plus de 1000 personnes. La deuxième vague a contredit cette décision.

RTS

La «Tages-Anzeiger» vient de rendre public un document de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) daté du 6 août dernier. Celui-ci montre que la task force scientifique du Covid-19 avait tiré la sonnette d’alarme alors que les cas de Covid-19 étaient repartis peu à peu à la hausse depuis la mi-juin. Cette augmentation inquiétait les experts qui y voyaient déjà le début de la deuxième vague.

Cependant, ce document ne serait pas parvenu jusqu’au Conseil fédéral. Alain Berset est soudainement accusé d’avoir caché à ses collègues des prévisions pessimistes. On lui reprocherait ainsi le contraire de ce qu’on lui reproche depuis des semaines. Quoi qu’il en soit, le 12 août, le Conseil fédéral décidait d’autoriser la tenue de manifestations de plus de 1000 personnes, avec un délai prudent au 1er octobre. Cette décision visait à rassurer le monde du sport, mais la suite a démontré qu’elle n’a pas pu être appliquée.

Cet épisode a un réel écho aujourd’hui. Dans deux jours, le Conseil fédéral doit prendre de nouvelles décisions pour le mois de mars. On retrouve les mêmes tensions entre ceux qui veulent rouvrir à tout prix et ceux qui mettent en garde contre les risques d’une nouvelle vague avec de nouveaux variants. La pression politique a été extrêmement forte ces dernières semaines. Dans ce contexte, la publication du document de l’OFSP sonne aussi comme une mise en garde pour ne pas commettre la même erreur qu’au mois d’août.

«Trouver le meilleur chemin…»

Pour rappel, le 12 août 2020, la barre des 200 cas quotidiens avait été franchie, soit 274 cas. Pour les experts, ce n’était qu’une question de temps avant que leur nombre augmente. L’autorisation des grandes manifestations avait suscité une part d’étonnement et de critique. Alain Berset avait répondu qu’il fallait «trouver le meilleur chemin» entre les attentes des uns et des autres. «Avec cette décision, le Conseil fédéral entend empêcher une dégradation de la situation épidémiologique, écrivait-il, tout en tenant compte des intérêts économiques et des besoins de la population, par exemple l’accès à une vie culturelle et à une offre sportive diversifiées.»

L’évolution du mois de septembre semblait donner raison à cette stratégie, les cas se sont stabilisés à une moyenne d’environ 400 par jour. Lors de la session du Parlement, en septembre, le monde politique était optimiste face à une évolution jugée sous contrôle. D’ailleurs, la loi Covid-19 votée à ce moment-là ressemblait à une loi de transition vers un retour à la normale, avec quelques précautions économiques pour soutenir d’éventuels cas de rigueur.

C’est juste après cette session que la deuxième vague est entrée brutalement dans sa phase ascendante. Le 5 octobre, le pays dépassait les 1000 cas par jour, le 14 octobre, 3000, le 21 octobre, 6000, et le 26 octobre, 10 000… Aujourd’hui, après une interminable descente, nous en sommes encore à plus de 1200. Dorénavant que peut-il se passer? Le Conseil fédéral, en majorité bourgeoise, va-t-il céder aux demandes de réouverture des restaurants, magasins, musées et autre stades? Ou se souviendra-t-il de sa décision d’août 2020?

Votre opinion

90 commentaires