Motocyclisme: La découverte d'un nouveau monde

Publié

MotocyclismeLa découverte d'un nouveau monde

Les meilleurs pilotes du monde font halte ce week-end en Thaïlande. Le royaume est ainsi le 30e pays à organiser un GP du championnat du monde.

par
JEAN-CLAUDE SCHERTENLEIB

La Thaïlande devient, ce week-end, le 30e pays à organiser un GP du championnat du monde, depuis sa création en 1949. Et pour les amateurs de chiffres, encore, le circuit Chang, à Buriram, est le 37e différent sur lequel le doyen des GP, Valentino Rossi, va évoluer.

----------

Quand Lüthi et son chef technicien se font des politesses

Il y a deux semaines, en Aragon, Tom Lüthi a peut-être réussi sa meilleure course en MotoGP, même s'il a dû baisser son rythme en fin d'épreuve, pneu arrière totalement détruit. Le lendemain, au hasard d'une rencontre sur une autoroute française, Gilles Bigot, le chef technicien de Tom, a fait son autocritique: «Je m'en veux un peu, parce que je n'avais pas anticipé ce qui s'est passé dimanche: Tom a piloté beaucoup plus avec le haut de son corps sur l'avant alors que, très souvent, il adoptait une position de défense. Il s'est passé quelque chose dans sa tête et je sais qu'il aurait dû marquer ses premiers points.» A Buriram, Lüthi est souriant: «Gilles s'est excusé auprès de moi dès qu'il a pu analyser les relevés de télémétrie; dans ce métier, on travaille en équipe. Il m'a déjà tant amené ces dernières années, et il m'amène encore beaucoup de choses, il n'y a pas à s'excuser.» Et le pilote, que dit-il de cette mue? A-t-il enfin compris la MotoGP? «Tout est affaire de confiance, spécialement avec la roue avant. J'étais bien présent en Aragon, je veux l'être ce week-end ici. C'est un circuit que nous avons découvert en début d'année, mais ce n'était alors que mes deuxièmes tests avec la MotoGP. Je ne dis pas qu'on ne va rien en retenir, mais les données seront différentes.»

----------

Dominique Aegerter trouve le tracé «sympa»

Si les pilotes MotoGP ont roulé à Buriram en février dernier, leurs confrères des classes Moto3 et Moto2 découvrent ce week-end le circuit thaïlandais. «Geil! Cela me plait, parce qu'il y a des gros freinages, mais aussi des virages très rapides. J'avais suivi les tests MotoGP, comme je n'avais pas raté les courses superbike et supersport qui se sont déjà déroulées ici. En étudiant les images embarquées, on se fait une idée assez précise de ce qui nous attend», confie Dominique Aegerter.

----------

Une porte supplémentaire se ferme pour «Domi»

Toujours rien de neuf dans le feuilleton de l'automne qu'on ne désirait pas vivre: Dominique Aegerter n'a toujours pas de guidon pour 2019. Une porte supplémentaire s'est fermée cette semaine: Fabio Di Giannantonio, actuellement en Moto3, sera l'équipier de Jorge Navarro chez Speed Up. Et une autre menace – par ailleurs diablement sympathique – plane: devenue le week-end dernier la première femme à remporter un titre mondial en vitesse (Supersport 300), l'Espagnole Ana Carrasco pourrait revenir en GP... en Moto2. Et on imagine bien que Dorna, le promoteur du championnat du monde, verrait d'un très bel œil le retour de l'héroïne.

Fabio Di Giannantonio vient de s'engager chez Seed Up en Moto2. Une porte supplémentaire qui se ferme pour Aegerter.

----------

Moto E: on se bouscule également

Le peloton MotoGP complet, celui du Moto2 quasi réglé, les teams managers et les managers de pilotes travaillent désormais au niveau Moto3 et... MotoE, une catégorie électrique qui sera présente lors de cinq GP l'an prochain. Après le Suisse Jesko Raffin et l'Espagnol Nico Teról, on parle de plusieurs pilotes d'endurance, comme les Français Kenny Foray et Mike Di Meglio. Dominique Aegerter? «Même là, il y a de moins en moins de places», soupire le Bernois. «J'ai encore deux ou trois contacts, mais rien de définitif.» Or, le temps passe...

Ton opinion