Afghanistan - La défaite américaine est une «leçon» pour les envahisseurs
Publié

AfghanistanLa défaite américaine est une «leçon» pour les envahisseurs

Alors que les Américains ont définitivement quitté l’Afghanistan dans la nuit de lundi à mardi, les talibans ont réagi à ce retrait.

Les talibans ont repris l’Afghanistan.

Les talibans ont repris l’Afghanistan.

Reuters

La défaite des Américains, qui ont quitté l’Afghanistan dans la nuit après 20 ans de présence, est une «leçon» pour d’autres envahisseurs et pour le monde, a déclaré mardi un porte-parole des talibans. «C’est une grande leçon pour d’autres envahisseurs et pour notre future génération», a déclaré le principal porte-parole taliban, Zabihullah Mujahid, à l’aéroport de Kaboul. «C’est aussi une leçon pour le monde», a-t-il ajouté.

La victoire, avec le départ dans la nuit des derniers soldats américains d’Afghanistan, après 20 ans de guerre, est celle de «tous» les Afghans, a déclaré mardi un porte-parole des talibans, assurant vouloir conserver de «bonnes relations diplomatiques» avec les États-Unis.

«Félicitations à l’Afghanistan (…) Cette victoire est la nôtre à tous», a déclaré le principal porte-parole taliban, Zabihullah Mujahid, à l’aéroport de Kaboul. «Nous voulons avoir de bonnes relations avec les États-Unis et le monde», a-t-il ajouté.

Un succès «historique»

Les talibans fêtaient mardi leur victoire en Afghanistan après le départ dans la nuit des derniers soldats américains, qui met fin à 20 ans d’une guerre dévastatrice et ouvre un nouveau chapitre rempli d’incertitudes pour le pays. Des coups de feu victorieux ont éclaté à Kaboul à l’annonce du retrait final de l’armée américaine, salué comme un succès «historique» par les talibans, revenus au pouvoir le 15 août.

Le retrait militaire des États-Unis s’est donc achevé 24 heures avant la date butoir fixée par le président américain Joe Biden, pour lequel cette journée gardera un goût amer. Il doit s’adresser mardi à ses concitoyens, nombreux à se demander à quoi auront finalement servi ces deux décennies d’engagement en Afghanistan.

Les talibans paradent

Concert de klaxons à Kandahar, parades de leurs forces spéciales à l’aéroport de Kaboul, drapeaux du mouvement omniprésents: les talibans, nouveaux maîtres de l’Afghanistan, pavoisent mardi après le départ des derniers soldats américains du pays.

Dans la capitale, le principal porte-parole des islamistes, Zabihullah Mujahid, a mené un groupe de responsables sur le tarmac de l’aérodrome, son expression généralement impassible étant cette fois-ci remplacée par un large sourire.

Les forces spéciales talibanes, appelées «Badri 313», chaussures et gilets beiges immaculés sur leur tenue de camouflage, posent pour des photos, lèvent des fusils américains et agitent le drapeau blanc de leur mouvement.

Longtemps considéré comme l’un des endroits les plus sûrs du pays, l’aéroport civil de Kaboul a été saccagé. Des cartouches vides jonchent le sol près de toutes les entrées.

Une facture de plus de 2000 milliards de francs

Même si l’objectif de supprimer Oussama Ben Laden avait été tenu dès le 2 mai 2011, lorsqu’il a été tué par les forces spéciales américaines au Pakistan, les États-Unis sont restés en Afghanistan, notamment pour former une armée afghane qui s’effondrera finalement face aux talibans.

Au total, les États-Unis déplorent quelque 2500 morts et une facture de 2313 milliards de dollars en 20 ans, selon une étude de la Brown University. Ils ressortent de cette guerre avec une image encore plus écornée par leur incapacité à prévoir la rapidité de la victoire talibane et par leur gestion des évacuations.

(AFP)

Votre opinion

22 commentaires