Colombie: La démobilisation des Farc mineurs commence
Actualisé

ColombieLa démobilisation des Farc mineurs commence

Treize combattants mineurs ont quitté les camps des FARC et été pris en charge par la Croix-Rouge.

1 / 147
Les autorités colombiennes ont annoncé dimanche avoir déjoué un attentat contre le leader de l'ex-guérilla des FARC, Rodrigo Londoño. (Lundi 13 janvier 2020)

Les autorités colombiennes ont annoncé dimanche avoir déjoué un attentat contre le leader de l'ex-guérilla des FARC, Rodrigo Londoño. (Lundi 13 janvier 2020)

Keystone
La Colombie a connu dimanche les plus pacifiques de ces dernières années. Une femme devrait devenir maire de Bogota. (27 octobre 2019)

La Colombie a connu dimanche les plus pacifiques de ces dernières années. Une femme devrait devenir maire de Bogota. (27 octobre 2019)

AFP
La dissidence des Farc, a annoncé, dans une vidéo diffusée mercredi, la création d'un mouvement politique clandestin, suite à son soulèvement armé la semaine dernière. (4 septembre 2019)

La dissidence des Farc, a annoncé, dans une vidéo diffusée mercredi, la création d'un mouvement politique clandestin, suite à son soulèvement armé la semaine dernière. (4 septembre 2019)

AFP

Treize mineurs ont quitté samedi 10 septembre les camps des FARC, marquant le début de la démobilisation des enfants et des adolescents de la guérilla marxiste, conformément aux accords de paix négociés avec le gouvernement. Ils ont été pris en charge par le CICR.

«Cet après-midi, un deuxième groupe de cinq mineurs a été reçu par une mission du Comité international de la Croix-Rouge et deux délégués d'organisations sociales», selon un communiqué de cet organisme, qui ne précise pas l'endroit où cela a eu lieu. Dans la matinée, un premier groupe de huit enfants avait déjà été recueilli par l'ONG.

Le gouvernement colombien et la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) ont conclu le 24 août dernier un accord de paix pour mettre un terme à plus d'un demi-siècle de conflit. Cet accord doit être soumis à référendum le 2 octobre prochain.

Le pouvoir et la rébellion avaient annoncé mardi dernier s'être entendus sur les modalités de démobilisation des mineurs qui se trouvent encore dans les rangs de la guérilla, dans le cadre de cet accord de paix.

Réinsertion sociale

Le CICR doit procéder à leur sortie à une évaluation de la santé physique et mentale de ces mineurs, et vérifier leurs identités ainsi que leurs informations personnelles.

Ils doivent ensuite être remis à une équipe comprenant des membres de l'UNICEF afin de les soumettre à une deuxième évaluation physique et psychique. Après cette phase sont prévues des activités de réinsertion sociale.

Le ministre de la défense Luis Carlos Villegas a estimé en mai dernier à près de 170 le nombre des mineurs concernés. Au cours des 14 dernières années quelque 4500 mineurs enrôlés par des groupes armés illégaux ont été démobilisés, parmi lesquels 65% se trouvaient chez les FARC, selon des chiffres officiels.

(ats)

Votre opinion