La Chaux-de-Fonds - La démolition a commencé après l’expulsion des derniers locataires
Publié

La Chaux-de-FondsLa démolition a commencé après l’expulsion des derniers locataires

Suite à une intervention policière, plus personne n’habite dans la barre d’immeubles du Bois-Noir, jugée dangereuse.

par
Vincent Donzé
La déconstruction du Bois-Noir 1-13 a débuté sur le toit, avant la démolition totale.

La déconstruction du Bois-Noir 1-13 a débuté sur le toit, avant la démolition totale.

Lematin.ch/Vincent Donzé

Une famille d’irréductibles chaux-de-fonniers résistait encore et toujours aux démolisseurs. Las! Il y a dix jours, le 7 septembre, la police a délogé ces trois locataires récalcitrants. La démolition de la barre d’immeubles instable du Bois-Noir 1-13 a débuté dès le lendemain, sur le toit.

Le 39e et dernier ménage a outrepassé un ultimatum fixé au 31 août. «L’expulsion a malheureusement été nécessaire. Ce moment a été extrêmement pénible pour tout le monde», déplore le conseiller communal Théo Huguenin-Elie dans le média «ArcInfo».

L’élu socialiste salue l’intervention des forces de l’ordre: «La police neuchâteloise a pris le temps de discuter et de les convaincre». Les jours précédents, «l’atmosphère était un peu tendue», mais le 7 septembre, «ça s’est plutôt bien passé, vu les circonstances».

Loyer de 730 francs

La famille récalcitrante a finalement accepté d’emménager dans l’appartement communal qui lui était réservé pour un loyer mensuel de 730 francs, soit 90 francs d’augmentation. «Le logement a été reblanchi, c’est un bien tout à fait correct», a précisé Théo Huguenin-Elie.

La gérance Naef immobilier Neuchâtel n’a pas seulement payé la différence de loyers des six premiers mois, mais aussi le déménagement. La déconstruction de la barre d’immeubles a commencé sur le toit et les fenêtres ont été enlevées.

Rénover ou démolir

La Ville a attendu la vente de la barre d’immeubles pour mettre en demeure le nouveau propriétaire de rénover ou de démolir ces sept immeubles. Estimé à 2,7 millions, ce bien a été vendu 1.5 million: le propriétaire investira 25 millions dans des appartements en PPE.

Un épisode se referme sur une spéculation immobilière dommageable pour la cité horlogère. Les locataires évacués d’urgence sont victimes des montages financiers d’un homme d’affaires saint-gallois, Daniel B., 63 ans. Ce promoteur marié à une jeune ressortissante ukrainienne a été arrêté à Kiev suite à de multiples délits économiques: détournements de fonds, faillites frauduleuses, blanchiment d’argent…

Votre opinion