Harcèlement à la RTS: La direction suspend les deux cadres incriminés
Publié

Harcèlement à la RTSLa direction suspend les deux cadres incriminés

Mis sous pression, les dirigeants de la RTS vont ouvrir deux enquêtes concernant les managers incriminés. Durant la durée de celles-ci, ils sont suspendus.

par
Evelyne Emeri
À Genève, la Tour de la RTS est en feu. La direction a communiqué à l’interne ce mardi après-midi, annonçant la suspension très attendue des deux cadres dénoncés par plusieurs employé(e)s depuis plusieurs années.

À Genève, la Tour de la RTS est en feu. La direction a communiqué à l’interne ce mardi après-midi, annonçant la suspension très attendue des deux cadres dénoncés par plusieurs employé(e)s depuis plusieurs années.

KEYSTONE

Le directeur de la RTS Pascal Crittin a envoyé ce mardi après-midi un nouveau mail à ses collaborateurs. Il y explique que la direction de la RTS, sur mandat de la direction générale SSR et en concertation avec les partenaires, a pris différentes mesures. Ainsi, le patron de la RTS annonce l’ouverture de «deux enquêtes complètes concernant les cadres incriminés. Ces enquêtes seront confiées à un mandataire externe désigné d’un commun accord avec notre partenaire social. Pour la durée de cette enquête, la direction de la RTS a décidé de suspendre les deux cadres concernés

«Nous pensons aux victimes»

Dans ce même courriel interne, Pascal Crittin précise que «suite aux témoignages révélés samedi dans l’article du Temps liés aux cas de harcèlement au sein de la RTS, nous sommes conscient.e.s que de nombreuses personnes n’ont pas été entendues et nous le regrettons profondément. Nous pensons aux victimes qui se sont exprimées et qui s’expriment depuis, ainsi qu’à celles et ceux qui ne se sont peut-être pas exprimé.e.s jusqu’à présent.»

«Nous avons pris la mesure»

«Nous avons pris la mesure du déficit de confiance qui a abouti à la situation actuelle et sommes déterminé.e.s à y mettre fin. Nous avons rencontré lundi notre partenaire social le SSM (ndlr. Syndicat suisse de mass media), accompagné par une représentante du collectif de la Grève des femmes de la RTS, et nous nous sommes mis d’accord sur les premières mesures concrètes et immédiates», poursuit le directeur de la RTS.

La chaîne des responsabilités

Pascal Crittin promet encore «le recueil de témoignages par une personne de confiance externe, désignée paritairement et dont le numéro sera communiqué dans les meilleurs délais afin que chacune et chacun puissent s’y exprimer en toute confidentialité. En fonction des témoignages, des enquêtes seront menées». Une enquête sur la chaîne de responsabilité dans le traitement des affaires révélées par le «Temps» sera également ouverte.

La RTS fera une communication publique et générale demain mercredi.

Votre opinion