Publié

ConfinementLa drogue à l’origine d’un boom de psychoses chez l’adulte

Des chercheurs commencent à établir un lien entre la consommation de substances psychoactives et le développement d’états psychotiques chez des personnes sans antécédents.

par
Laura Juliano
De plus en plus d’adultes âgés de 35 à 44 ans depuis le début de la pandémie développent des psychoses qui touchaient surtout des adolescents.

De plus en plus d’adultes âgés de 35 à 44 ans depuis le début de la pandémie développent des psychoses qui touchaient surtout des adolescents.

Pixabay

Dès le début de la pandémie, le constat est vite tombé. Le nombre de patients nécessitant une prise en charge en unité psychiatrique a augmenté et leur profil s’est diversifié. Si d’emblée on aurait tendance à pointer le climat anxiogène lié au confinement, il n’est pas le seul coupable. Du moins, pas directement.

Pourtant sans antécédents

Un phénomène inhabituel a mis la puce à l’oreille aux chercheurs: des psychoses qui d’ordinaire se déclarent chez l’adolescent ou le jeune adulte frappent désormais des adultes âgés de 35 à 44 ans, pourtant sans antécédents.

Dans un reportage, le journaliste canadien Michael Gorman s’est penché sur la question pour CBC. «Généralement, nous observons le premier épisode de psychose chez les adolescents ou les jeunes de 20 ans. Il est très inhabituel de voir des personnes sans antécédents psychiatriques développer une première psychose dans la trentaine ou la quarantaine», lui a expliqué le Dr Jason Morrison, chef intérimaire de la psychiatrie pour la zone sanitaire centrale en Nouvelle-Écosse.

Cannabis, cocaïne et confinement

L’un des facteurs pouvant contribuer au développement de maladies psychiatriques est la fréquence de consommations de substances psychoactives. L’utilisation du cannabis et de la cocaïne a augmenté d’une manière fulgurante depuis les premiers confinements. C’est ce qui a poussé l’équipe du Dr Morrison à mener une étude plus approfondie sur cette corrélation.

Les experts nuancent toutefois rappelant que ces nouveaux patients souffraient peut-être déjà de troubles qui n’avaient pas été déclarés avant. La drogue, utilisée comme une manière de remédier au stress ambiant de la pandémie, peut pour certains avoir révélé des pathologies antérieures.

Cibler les 35-44 ans

À ce jour, les études soulignant une augmentation de consommation de drogues en temps de pandémie concernaient surtout les adolescents et les jeunes adultes.

Difficile, donc de faire le lien aujourd’hui pour les patients adultes. Pour les experts, la prochaine étape sera de cibler davantage les 35-44 ans, afin de mieux comprendre l’enjeu mais aussi de les sensibiliser davantage.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
14 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Danilou

24.12.2020 à 10:36

L'augmentation "fulgurante" de la consommation.... toujours des adjectifs qui buzzent, mais pas de chiffres, stats, etc. officielles... cette année on a eu: sidérant, résilience, mortifiant, fake new, clusters, etc... comme s'il fallait encore appuyer là où ça fait mal et amplifier une situation déjà si anxiogène (tiens j'l'avais oublié celui-ci) !

MAERKLIN

23.12.2020 à 10:45

Triste société, dont on ne verra peut-être pas le bout du tunnel

Nocomments

23.12.2020 à 09:32

C'est minable de demander à beaucoup de personnes de ne pas travailler en novembre pour qu'en décembre plein d'anglais viennent faire du ski. Aucune cohérence, la confédération doit prendre des mesures au niveau fédéral est arrêté avec ce non sense. On demande au restaurateurs de fermer mais on peut se tasser dans une télécabine. N'importe quoi.