Écriture inclusive: La droite vote l’interdiction du point médian, ce «péril mortel»
Publié

Écriture inclusiveLa droite vote l’interdiction du point médian, ce «péril mortel»

Bien que la Confédération ait affirmé qu’il ne servait à rien d’interdire une pratique qu’elle n’utilise pas, la majorité du Parlement l’a bannie des documents de l’administration.

par
Yannick Weber
Les «élues et élus» de droite (ou «les élu·e·s», ou encore «les membres de la droite») ont banni un usage jugé peu lisible.

Les «élues et élus» de droite (ou «les élu·e·s», ou encore «les membres de la droite») ont banni un usage jugé peu lisible.

20min/Monika Flueckiger

«La langue française se trouve désormais en péril mortel»: telle était, en 2017, la prise de position de l’Académie française dans une déclaration sur l’écriture inclusive. Le conseiller national Benjamin Roduit (C/VS) l’a prise pour modèle dans sa proposition d’interdire «l’écriture dite inclusive ou langage épicène» dans l’Administration fédérale. Elle a été acceptée mardi par 98 voix contre 77 (détail du vote ci-dessous).

Cachez ce point que ces élu·e·s ne veulent pas voir

Le texte de Benjamin Roduit ne définit pas explicitement de quoi l’on parle, raison pour laquelle le Conseil fédéral plaidait pour refuser l’interdiction. Parle-t-on de la typographie et de son exemple iconique qu’est le point médian («les candidat·e·s»)? La Chancellerie rétorque qu’elle ne l’utilise pas et rappelle ses directives, où elle dit «s’opposer à l’utilisation des pratiques d’écriture alternatives».

Et quel type de langage épicène hérisse le poil du Valaisan? La Chancellerie note que cela fait vingt ans qu’elle a rédigé un «Guide de formulation non sexiste». On y trouvait déjà des recommandations de plus en plus fréquemment suivies de nos jours: écrire «le personnel» au lieu de «les employés»; utiliser le doublet «les citoyennes et les citoyens» plutôt que le masculin par défaut; préférer des formes neutres comme «quiconque» à la place de «ceux qui», etc.

Même chose en allemand

Chers (et chères) collègues

La motion passe aux États, où elle se dirige aussi vers une acceptation. Ensuite viendront les travaux qui définiront de quoi il retourne. Ce qui semble certain, c’est que les points médians ou les néologismes tels que «iel» ne devraient jamais être utilisés.

Resteront des points à éclaircir, comme l’usage des doublets, critiqués par Benjamin Roduit lors du débat. D’ailleurs, là où plusieurs parlementaires ont coutume d’amorcer leurs prises de parole devant la salle par «chères et chers collègues», l’élu du Centre, lui, se cantonne au bref «chers collègues».

L’écriture inclusive a été récemment interdite en France, dans le canton de Genève, ainsi que celui du Valais.

Partis en bloc, ou presque

Votre opinion

8 commentaires