Actualisé 06.02.2020 à 18:03

JuraLa facture d'eau du club bondit de 100 à... 1500 francs

Le tarif de la consommation est désormais fixé en tenant compte de la surface de la propriété. Quand on possède un terrain d'athlétisme, c'est embêtant.

par
Lematin.ch
Un hectare jamais arrosé coûte cher à la société de gymnastique de Bassecourt (JU).

Un hectare jamais arrosé coûte cher à la société de gymnastique de Bassecourt (JU).

Lematin.ch/Vincent Donzé

L'entrée en vigueur d'un nouveau règlement relatif à l'évacuation et au traitement des eaux a un impact énorme et injuste sur une société sportive de Bassecourt (JU), dans la commune de Haute-Sorne. Motif: la taxation n'est plus seulement basée sur le débit, lequel définit le volume des eaux usées, mais aussi sur... la surface de la propriété!

Pour la FSG Bassecourt, une société de gymnastique de 160 membres qui porte mal son nom puisqu'il s'agit d'un club d'athlétisme, là où le bât blesse, c'est qu'elle possède un terrain d'un hectare composé d'une piste en tartan et d'un gazon jamais arrosé. Résultat: la facture d'eau a bondi de 100 à 1 500 francs!

Situation «aberrante»

Dans «Le Quotidien Jurassien», le trésorier du club juge la situation «aberrante», sachant que la consommation d'eau dans les vestiaires ne dépasse guère 10 m3 par an. Selon le QJ, le nombre de mètres carrés est pondéré en fonction du plan d'aménagement, ce qui prétérite encore la FSG Bassecourt.

Un terrain et un stade de football jouxtent le terrain d'athlétisme, mais les FC Bassecourt n'a pas subi de hausse de tarif. Et pour cause: «Nous ne sommes pas propriétaire du terrain», indique son président Francis Rebetez.

Le nouveau règlement communal découle d'une loi cantonale sur la gestion des eaux consécutive à une loi fédérale. Objectif: maintenir les canalisations en bonne état, par autofinancement.

Vincent Donzé

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!