Coronavirus: L’accès au vaccin de Johnson & Johnson limité aux Etats-Unis
Publié

CoronavirusL’accès au vaccin de Johnson & Johnson limité aux États-Unis

L’agence américaine des médicaments a pris cette décision à cause des risques de graves thromboses associés au vaccin de Johnson & Johnson.

Un peu moins de 19 millions de doses du vaccin de Johnson & Johnson ont été administrées aux États-Unis, soit environ 3% des doses injectées au total.

Un peu moins de 19 millions de doses du vaccin de Johnson & Johnson ont été administrées aux États-Unis, soit environ 3% des doses injectées au total.

AFP

L’agence américaine des médicaments a annoncé jeudi limiter le vaccin anti-Covid de Johnson & Johnson aux seuls adultes refusant d’être vaccinés avec Pfizer ou Moderna pour cause d’«inquiétudes personnelles», ainsi qu’à ceux ne pouvant recevoir une injection de ces deux derniers vaccins pour des raisons médicales ou d’accès limité.

La FDA a déclaré avoir pris cette décision à cause des risques de graves thromboses (formation de caillots sanguins) associés au vaccin de «J&J». Pour cette même raison, la principale agence de santé publique du pays, les CDC, avait déjà recommandé en décembre aux Américains de se vacciner contre le Covid-19 avec Pfizer et Moderna, plutôt qu’avec Johnson & Johnson. Ces trois vaccins sont les seuls autorisés dans le pays.

La limitation fait désormais partie intégrante de l’autorisation d’utilisation en urgence du vaccin de «J&J». La FDA a recensé 60 cas confirmés de thromboses aux États-Unis, dont neuf décès. Un peu moins de 19 millions de doses du vaccin de Johnson & Johnson ont été administrées dans le pays, soit environ 3% des doses injectées au total.

«Un rôle à jouer»

La fréquence de ces thromboses est ainsi de 3,23 par million de doses administrées, a détaillé l’agence américaine. Malgré tout, «nous reconnaissons que le vaccin anti-Covid de Janssen a encore un rôle à jouer dans la réponse à la pandémie actuelle», a déclaré dans un communiqué Peter Marks, responsable au sein de la FDA.

L’agence a détaillé trois exemples de personnes pouvant encore recevoir le vaccin de Johnson & Johnson: les individus présentant un risque de fortes réactions allergiques (choc anaphylactique) à une injection de vaccin à ARN messager, comme Pfizer et Moderna, les personnes ayant un accès limité aux vaccins de Pfizer et Moderna pour des questions de disponibilité et enfin, les individus «ayant des inquiétudes personnelles à recevoir un vaccin à ARNm», et qui resteraient sans cela non vaccinés

La technologie de l’ARN messager, qui n’avait jamais été utilisée à grande échelle avant les vaccins contre le Covid-19, a été la cible de nombreuses théories du complot, bien qu’elle ait démontré être très sûre. Un risque rare de myocardites (inflammation du muscle cardiaque) a été détecté après des injections de Pfizer ou de Moderna, notamment chez les jeunes adolescents masculins, mais la vaste majorité des cas ne sont pas graves, avec des temps d’hospitalisations courts.

La FDA a assuré continuer à suivre de près les données concernant tous les vaccins. «Notre action reflète la robustesse de notre système de surveillance, et notre engagement à nous assurer de suivre la science et les données dans nos décisions», a souligné Peter Marks.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires