Etats-Unis: La Fed relève ses taux d'un quart de point

Actualisé

Etats-UnisLa Fed relève ses taux d'un quart de point

La banque centrale a décidé d'augmenter son taux directeur, mercredi. Elle se veut prudente sur l'avenir.

La patronne de la Fed, Janet Yellen.

La patronne de la Fed, Janet Yellen.

Keystone

La banque centrale américaine (Fed) a relevé mercredi, comme prévu, son taux directeur d'un quart de point de pourcentage. La Réserve fédérale est restée prudente pour l'avenir, se disant attentive à l'inflation, selon un communiqué du Comité monétaire.

Le taux interbancaire au jour le jour se situe désormais entre 0,75% et 1% après cette hausse, la troisième en dix ans et la deuxième depuis l'élection de Donald Trump. Un membre de la Fed, Neel Kashkari (banque de Minneapolis) qui aurait préféré un statu quo, a voté contre cette décision qui était très attendue par les marchés.

La Fed donne ainsi un tour de vis monétaire pour la deuxième fois en trois mois et prend ainsi acte de la bonne santé du marché du travail et d'une inflation qui se rapproche enfin de son objectif.

La présidente de la Fed, Janet Yellen, a déclaré lors d'une conférence de presse que la modification de la politique monétaire n'était pas le reflet de conjectures de la banque centrale concernant le programme économique de Trump et qu'il y avait de grandes incertitudes sur sa politique budgétaire.

Normalisation progressive

Ce nouveau pas vers une normalisation progressive de la politique monétaire, annoncé à l'issue de deux jours de débats du Federal Open Market Committee (FOMC), était jugé acquis par la quasi-totalité des investisseurs dans un contexte marqué par des indicateurs économiques globalement solides.

Contrairement à ce qu'anticipaient les acteurs financiers, la Fed est restée prudente sur les hausses à venir. La banque centrale conserve pour cette année et pour 2018 la même trajectoire d'augmentation des taux qu'elle avait prévue en décembre, avant l'investiture du président Donald Trump.

Les participants au Comité monétaire estiment ainsi que les taux d'intérêt directeurs atteindront 1,4% en 2017, ce qui équivaut à deux autres hausses d'un quart de point de pourcentage après le relèvement de mercredi. Pour 2018, deux autres augmentations sont prévues - pas plus que la Fed ne le prévoyait en décembre -, pour porter les taux à 2,1%.

Projets de Trump pas pris en compte

La banque centrale n'a pas révisé ses prévisions économiques, hormis un soupçon d'optimisme ajouté à la croissance du PIB pour 2018 à 2,1% comme cette année, au lieu de 2% prévu en décembre. La Fed envisage que la moyenne des taux atteindra 3% en 2019, au lieu de 2,9% précédemment évalués.

Cette stabilité dans ces projections montre que la banque centrale se refuse pour l'instant à prendre en compte les projets de relance budgétaire de l'administration Trump avant qu'ils ne soient votés et matérialisés. Le projet de budget de Donald Trump table sur une croissance de 3% en 2018.

Proche de l'objectif d'inflation

Dans son communiqué, le Comité monétaire signale pour la première fois que l'inflation «se rapproche» de l'objectif de 2% de la Fed, qu'elle estime sain pour l'économie. La hausse des prix sur un an, selon l'indice PCE, est de 1,9% en janvier, atteignant déjà en début d'année la projection de la banque centrale pour l'ensemble de 2017. En 2018 et 2019, l'inflation devrait rester à 2%, estime l'institution monétaire.

La Fed dit qu'elle va «surveiller attentivement les développements sur l'inflation». Dressant un bilan positif de l'économie des Etats-Unis qui continue à progresser «de manière modérée», la banque centrale souligne que les investissements des entreprises «se sont raffermis» alors qu'elles les trouvaient «mous» auparavant.

Investisseurs rassurés

Malgré le relèvement des taux directeurs, décision généralement favorable à la monnaie du pays concerné, le dollar a accentué sa perte face à un panier de devises internationales. Certains intervenants ont été déçus que la banque centrale n'ait pas laissé entrevoir quatre hausses des taux cette année.

Wall Street de son côté amplifiait ses gains, les investisseurs étant rassurés par le maintien du calendrier de la Fed.

(ats/afp)

Ton opinion