Publié

Naufrage du ConcordiaLa femme du capitaine dénonce une chasse à l'homme

L'épouse de Francesco Schettino, commandant du paquebot naufragé Costa Concordia, prend la défense de son mari, le présentant comme «quelqu'un de décidé, ferme et lucide».

Francesco Schettino

Francesco Schettino

AFP

«Je n'ai le souvenir d'aucune tragédie aérienne ou navale dont le responsable ait été traité avec autant de violence. C'est une chasse à l'homme. On cherche un coupable, un bouc émissaire, un monstre», a déclaré Fabiola Russo, épouse du commandant du Concordia Francesco Schettino.

Dix jours après le naufrage du Costa Concordia tout près de l'île toscane du Giglio, l'enquête en Italie se concentre toujours sur le commandant Schettino.

Peu avant d'être arrêté après le naufrage, il aurait rencontré dans son hôtel, une «élégante femme blonde», à qui il aurait remis son ordinateur. Selon les médias italiens, ce serait une avocate liée à la société propriétaire, Costa Crociere, mais la compagnie a démenti «catégoriquement» s'être fait remettre «quoi que ce soit par Schettino» après le naufrage.

Par ailleurs la légèreté présumée du capitaine au moment de l'accident continuait à susciter des interrogations.

«Décidé, ferme et lucide»

Quand le bateau a heurté un récif, Francesco Schettino se trouvait sur la passerelle avec sept autres personnes, dont certaines qui n'auraient pas dû y être. Le petit groupe aurait plaisanté, l'empêchant de se concentrer, alors que le navire allait trop vite (15 noeuds). Puis, malgré la gravité de l'accident, le commandant de bord serait allé brièvement dans sa cabine.

Son épouse décrit au contraire son mari comme «quelqu'un de décidé, ferme et lucide». Il «sait analyser les situations, les comprendre, les gérer. A la maison, il est ordonné, méticuleux», défend encore Fabiola Russo.

Effectuant une croisière en Méditerranée, le Costa Concordia a heurté violemment un rocher à proximité de l'île du Giglio peu après son départ le 13 janvier, à l'heure du dîner pour une bonne partie des 3200 passagers et du millier de membres d'équipage.

(AFP)

Ton opinion