Publié

Communauté étrangèreLa fermeture d'agences consulaires italiennes dénoncée

Les Italiens de Suisse s'opposent à la décision de Rome de fermer des représentations. Selon eux, «on peut réduire les dépenses publiques en laissant inchangés les services sans fermer les agences consulaires».

ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION

Le Comité des Italiens à l'Etranger (COM.IT.ES.) en Suisse critique la décision de Rome de fermer les agences consulaires de Neuchâtel, Sion et Wettingen (AG). Selon lui, «on peut réduire les dépenses publiques en laissant inchangés les services sans fermer les agences consulaires».

Les coûts pourraient être limités de façon plus efficace en modernisant et en rationalisant les services, en les simplifiant et en les informatisant, estiment les présidents des COM.IT.ES. de Suisse dans un communiqué publié samedi. La note suivait une rencontre avec des représentants de l'ambassade italienne, du sénateur italo-suisse Claudio Micheloni, du député Gianni Farina, ainsi que des représentants du Conseil général des Italiens à l'étranger (C.G.I.E.).

Concrètement, les COM.IT.ES. proposent de réduire le nombre de diplomates en les concentrant sur les pays en développement et les pays stratégiques pour conquérir de nouveaux marchés. Et d'embaucher du personnel italien au niveau local pour des tâches et des fonctions qui demandent des connaissances linguistiques et territoriales spécifiques - comme en Suisse.

«Une décision unilatérale»

La décision de fermer les consulats de Sion, Neuchâtel et Wettingen (AG) avait déjà été annoncée en 2011. Toutefois, le COM.IT.ES. en Suisse ne s'attendait pas à sa concrétisation en ce moment de «forte reprise de l'émigration italienne».

Ce choix a été fait de façon unilatérale, en ignorant les obligations législatives italiennes et sans considérer les organismes institutionnels qui sont directement impliqués dans ces mesures, comme le C.G.I.E. et les COM.IT.ES., a déclaré le Comité.

La fermeture des trois agences ne prend pas en considération la géographie de la Suisse et ses différences linguistiques. Ainsi, des citoyens résidant dans le Canton de Fribourg doivent aller jusqu'à Genève pour bénéficier de services consulaires. Et ceux habitant à Neuchâtel, en terre romande, doivent se rendre à Berne, en Suisse alémanique.

Au total quatorze bureaux dans le monde seront fermés par mesure d'économie sur décision du ministère italien des Affaires étrangères. En 2000, les consulats d'Italie situés à Lausanne et Coire avaient fermé leurs portes. Avec 294'359 ressortissants recensés par l'Office fédéral des migrations (ODM) à la fin de l'année 2012, les Italiens constituent la plus importante population étrangère en Suisse.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!