Pays-Bas: La fièvre du patin à glace surcharge les hôpitaux
Actualisé

Pays-BasLa fièvre du patin à glace surcharge les hôpitaux

Les patineurs néerlandais ont été nombreux à se ruer sur les canaux glacés ce week-end. Déjà fortement pris par la crise sanitaire, les services hospitaliers ont été «deux fois plus occupés» à cause des chutes.

Des dizaines de patineurs glissaient ce dimanche matin à Kinderdijk, aux Pays-Bas.

Des dizaines de patineurs glissaient ce dimanche matin à Kinderdijk, aux Pays-Bas.

AFP

Les Néerlandais sortaient de nouveau leurs patins à glace dimanche pour profiter du dernier jour d’un froid persistant, qui a en partie gelé les célèbres canaux d’Amsterdam pour la première fois en près de trois ans.

Des dizaines de patineurs s’aventuraient pour le deuxième jour consécutif sur le Prinsengracht, canal iconique du centre de la capitale néerlandaise, malgré une glace trop fine par endroits. Une personne a notamment vu la glace se briser sous ses pieds et s’est retrouvée à l’eau, avant de rejoindre la berge sans encombre, selon des médias locaux, à l’heure où les hôpitaux sont déjà surchargés par la pandémie de Covid-19.

À Kinderdijk, près des emblématiques moulins à vent inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco, plusieurs dizaines de personnes patinaient déjà tôt dimanche matin, a constaté un journaliste de l’AFP.

À La Haye et dans ses environs, des patineurs se sont rendus sur la glace avec leurs enfants installés dans des traîneaux et poussettes, ou accompagnés de leur chien, des personnes s’y risquant même à vélo et à mobylette, a observé l’AFP.

«Deux fois plus occupés»

Les amateurs de patin s’étaient déjà rassemblés en masse samedi sur différents lacs et cours d’eau gelés à travers le pays, où cette activité périlleuse qui se fait de plus en plus rare est très appréciée, poussant certaines municipalités à fermer des routes afin d’éviter les foules.

Les services hospitaliers ont ainsi été «deux fois plus occupés» samedi en raison des blessures causées par les chutes des patineurs, telles que des poignets cassés, ont indiqué sur Twitter les associations néerlandaises du personnel médical d’urgence. Le premier ministre Mark Rutte avait pourtant appelé vendredi à éviter les rassemblements et à patiner avec prudence afin de ne pas accabler les hôpitaux, déjà mis sous pression par le coronavirus.

Une vague de froid traverse les Pays-Bas depuis une semaine mais les températures devraient remonter lundi, selon les prévisions. Certaines communes ont déjà mis en garde dimanche contre des risques de dégel.

(AFP)

Votre opinion