Publié

CARNET NOIRLa figure du féminisme Antoinette Fouque est décédée

Antoinette Fouque, figure historique du féminisme français, est décédée dans la nuit de mercredi à jeudi à Paris à l'âge de 77 ans.

AFP

Antoinette Fouque, cofondatrice du Mouvement de libération des femmes (MLF), est décédée dans la nuit de mercredi à jeudi à Paris à l'âge de 77 ans, ont annoncé vendredi soir «ses amies du MLF».Il s'agit d'une figure historique du féminisme français.

L'annonce de cette disparition a suscité un flot de réactions sur les réseaux sociaux, tandis que dans un communiqué la ministre française des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem évoquait «une grande perte». Pour la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, cette «militante inlassable de la 'féminologie', psychanaliste, députée européenne (...) fut aussi une figure culturelle majeure».

Le Premier secrétaire du parti socialiste français, Harlem Désir, a quant à lui, salué la mémoire d'Antoinette Fouque, «grande militante de la cause des femmes, qui a œuvré tout au long de sa vie pour le mouvement féministe et la conquête inlassable de nouveaux droits».

«Une libération joyeuse»

Antoinette Fouque avait cofondé le MLF avec Monique Wittig et Josiane Chanel, en octobre 1968, dans la foulée de Mai 68, «en réaction contre le virilisme du mouvement étudiant», une aventure qui avait aussi constitué pour elle «une libération joyeuse», avait-elle expliqué. Sans jamais cesser de lutter par la suite.

Créatrice et directrice des éditions des Femmes (1973), elle fut l'animatrice du groupe «Psychanalyse et Politique», l'un des courants majeurs du féminisme en France. Elle a été députée européenne (Radicale) de 1994 à 1999.

De nombreuses distinctions

A Strasbourg, elle fut vice-présidente de la commission des Droits de la femme et déléguée de l'UE à la conférence mondiale des femmes à Pékin (Chine) en 1995. Parallèlement, elle était chargée de séminaires en sciences politiques et directrice de recherches à l'université de Paris-VIII Saint-Denis.

Commandeur de la Légion d'honneur, grand officier de l'ordre national du Mérite, commandeur des Arts et des Lettres, Antoinette Fouque avait notamment publié «Il y a deux sexes» (1995, réédité en 2004) et l'année dernière, était sorti, sous sa direction, le «Dictionnaire universel des créatrices».

(ats)

Votre opinion