Hockey sur glace: La fin de saison du LHC est sur le ballant
Publié

Hockey sur glaceLa fin de saison du LHC est sur le ballant

Dans quelle direction l’équipe lausannoise va-t-elle repartir. Vers le haut, ou vers le bas? Premiers éléments de réponse samedi soir après le match à domicile contre FR Gottéron.

par
Cyrill Pasche
A l’image de l’attaquant Floran Douay malmené dans la bande, Lausanne est dans le «dur» actuellement. A quoi va ressembler la fin de saison des Lions? 

A l’image de l’attaquant Floran Douay malmené dans la bande, Lausanne est dans le «dur» actuellement. A quoi va ressembler la fin de saison des Lions?

freshfocus

Trois petites victoires au cours des dix dernières sorties, dont seulement deux succès à trois points dans le temps réglementaire.

Une équipe qui souffle le chaud (comme contre Zurich le 7 mars) et le froid (comme à Genève le 9 mars). Un groupe qui manque décidément de profondeur (le défenseur Noah Schneeberger est régulièrement aligné en attaque) et qui n’a pas été aidé par les blessures de joueurs clé en cours de route.

Et sur le banc, un entraîneur (Craig McTavish) qui peine à trouver la bonne formule pour faire carburer le LHC à plein régime. La fin de saison du LHC est sur le ballant. Avant de recevoir FR Gottéron samedi à la Vaudoise aréna, retour sur la dégringolade du LHC en plusieurs actes.

1. L’élan de l’automne

Le LHC a carburé à plein régime en première partie de saison. Les Vaudois présentaient alors un jeu extrêmement enthousiasmant et dynamique. 

Le LHC a carburé à plein régime en première partie de saison. Les Vaudois présentaient alors un jeu extrêmement enthousiasmant et dynamique.

freshfocus

Malgré des échanges courageux mais néanmoins risqués à l’intersaison (Vermin et Moy à Genève, Bozon, Douay et Maillard au LHC), l’arrivée de nouveaux étrangers et la nomination d’un nouveau capitaine (Mark Barberio), l’équipe carbure à plein régime.

Denis Malgin, transfert phare, vient renforcer le groupe au début du mois d’octobre et apporte instantanément une vitesse supplémentaire à un groupe déjà compétitif. Charles Hudon, un ancien de l’organisation des Canadiens de Montréal, vient compléter la fraction étrangère dès la mi-octobre.

Tous les doutes sont rapidement dissipés (défaite 6-0 à Bienne au deuxième match de la saison) et le LHC fait très vite figure de poids lourd du championnat de National League. Enthousiasmants, les Lions remportent 14 de leurs 20 premiers matches entre le 1er octobre et le 30 décembre 2020. Le jeu est léché, il y a des étincelles sur la glace. Ne manque que le public pour que la fête soit parfaite.

Entre octobre en mi-février, Lausanne est même l’équipe la plus dominante de la ligue sur bon nombre de données statistiques, relevait le quotidien 24 Heures cette semaine. Le LHC s’appuyait alors notamment sur la meilleure paire de gardiens du pays avec un taux d’arrêts combiné de 93,78% pour Tobias Stephan et Luca Boltshauser.

2. Le poids des quarantaines

L’élan du LHC est tout d’abord freiné à deux reprises par une quarantaine: en novembre et en janvier. Le groupe, toutefois, réussit à chaque fois son retour à la compétition.

La troisième quarantaine, au début du mois de février, s’avère par contre beaucoup plus difficile à gérer. Le LHC, d’ailleurs, n’a gagné que cinq fois depuis son dernier retour à la compétition le 12 février (13 matches).

Et qui dit quarantaine, dit aussi matches à ratrapper: le LHC n’est pas aidé par un calendrier démentiel avec en moyenne un match tous les deux jours. Le duel de samedi face à FR Gottéron sera d’ailleurs le 14e match en 30 jours depuis la fin de la dernière quarantaine.

3. Petr Svoboda bricole

En se séparant de plusieurs joueurs, le LHC a aussi perdu de sa profondeur de banc. 

En se séparant de plusieurs joueurs, le LHC a aussi perdu de sa profondeur de banc.

freshfocus

A la mi-février, le directeur des opérations hockey, Petr Svoboda, met un gros coup de balai dans le vestiaire des Lions et semble avancer ses pions en vue des séries pour le titre.

Le LHC acte plusieurs départs les 15 et 16 février: exit le Canadien Cory Conacher (Berne), le joueur de soutien Robin Leone (Kloten) et l’espoir tchèque à licence suisse Petr Cajka (Ambri). La profondeur d’effectif qui faisait aussi sa force dans les moments délicats s’en trouve bouleversée du jour au lendemain. Mais en contrepartie, Svoboda utilise ses dernières licences étrangères pour engager un défenseur (le Tchèque Vladimir Roth) et un attaquant (le Slovaque Libor Hudacek) avant la fermeture de la fenêtre des transferts. Entre-temps, dans la capitale, Conacher s’éclate sous le maillot du SCB: l’arrivée du Canadien coïncide avec le retour des bons résultats pour le club bernois (neuf matches, six buts, dix points personnels)...

Au lieu d’être renforcé en vue de la fin de saison, l’effectif du LHC se retrouve affaibli ou en tout cas moins costaud en termes de personnel à disposition. Après une défaite contre FR Gottéron au début du mois, l’attaquant Tim Bozon explique d’ailleurs devant les caméras de TV que «ce serait quand même bien de pouvoir compter sur quatre lignes qui tournent et qui sont performantes». Oups.

4. Les nuisances des rumeurs

«T’es au courant que le LHC ne te veux plus et cherche à t’échanger?» C’est le genre de «trash talk» que les joueurs lausannois entendent à chaque match depuis le début de la saison. L’anecdote est véridique. Les rumeurs vont bon train concernant les joueurs majeurs du LHC. L’un d’eux nous glisse d’ailleurs au détour d’une conversation: «dès le moment où on a entendu des rumeurs à propos de Bertschy l’été dernier (ndlr: Fribourg), on savait tous que personne n’est intouchable».

L’incertitude est-elle propice à la performance? Sans doute que non. Des trois reliquats des années post promotion en LNA (dès 2013), seul Joël Genazzi a encore un avenir au LHC: Benjamin Antonietti s’en ira à Genève, Etienne Froidevaux, l’ex capitaine, au HC Bienne la saison prochaine. A moins que Genazzi, suspendu deux matches pour un geste totalement irrationnel venant de sa part (coup de canne dans la nuque de Julian Schmutz contre Langnau le 25 février), fasse à son tour partie du prochain paquetage?

5. La poisse avec les blessures

Le Slovaque Libor Hudacek, tibia, fracturé, ne rejouera plus cette saison. La poisse pour le LHC qui comptait sur le Slovaque pour étoffer son contingent de renforts étrangers. 

Le Slovaque Libor Hudacek, tibia, fracturé, ne rejouera plus cette saison. La poisse pour le LHC qui comptait sur le Slovaque pour étoffer son contingent de renforts étrangers.

freshfocus

Des joueurs clé comme Barberio, Hudon ou Jooris, pour ne citer que ces trois hommes, garnissent à tour de rôle l’infirmerie et manquent à l’équipe durant une phase délicate de la saison. En parlant de saison, celle de Libor Hudacek est déjà terminée. Le très prometteur attaquant slovaque, qui s’est fracturé le tibia mardi contre Bienne et devra être opéré, n’aura joué que quatre matches sous le maillot des Lions. Le LHC se retrouve du même coup avec seulement cinq renforts étrangers valides pour terminer la saison (Barberio, Emmerton, Gibbons, Hudon et Roth)… Retour à la case départ. Ou quand un bon plan ne fonctionne pas comme prévu.

6. Le spleen de Malgin

Même Denis Malgin connaît des jours sans. Le topscorer des Lions n’est plus en réussite. 

Même Denis Malgin connaît des jours sans. Le topscorer des Lions n’est plus en réussite.

Eric-Lafargue

Denis Malgin, sans doute le joueur suisse le plus doué de National League, a transformé l’équipe depuis son arrivée au club au début du mois d’octobre. «Nous savons tous ce que nous lui devons. Nous serions sans doute plus bas au classement sans lui», a admis le capitaine Mark Barberio dimanche dernier après la défaite 5-1 à Genève et le pire match de Malgin sous le maillot lausannois (trois pénalités consécutives et trois buts genevois durant ce même laps de temps).

Le petit prodige du LHC - aussi touché par le Covid en février - traîne son spleen ces derniers temps et n’est pas en réussite malgré ses efforts sur la glace. Des efforts qui, toutefois, prennent de plus en plus l’allure de rushes solitaires d’un côté à l’autre de la patinoire. Pas forcément constructif et même agaçant à la longue.

7. Le cas McTavish

Craig McTavish est-il en danger? 

Craig McTavish est-il en danger?

freshfocus

L’entraîneur canadien Craig McTavish brasse sans cesse son effectif. D’une part en raison des nombreuses absences pour cause de blessures, d’autre part parce qu’il n’a toujours pas trouvé après 39 matches la formule magique au niveau des triplettes d’attaque. Seule la ligne formée par Bertschy/Emmerton/Kenins a été préservée récemment.

Mardi passé face à Bienne, McTavish a même aligné son joueur de centre le plus doué, le plus dangereux et le plus créatif (Malgin)... à l’aile! Une idée farfelue qui ne durera toutefois que 40 minutes. Le coach du LHC, en manque de résultats, est-il déjà sur la sellette? Ou, au contraire, parviendra-t-il à remettre son équipe sur les bons rails à temps en vue des play-off?

Le LHC reçoit FR Gottéron

Les Lions (6es, 39 matches, 68 points) accueillent les Dragons (3es, 43 matches, 76 points) samedi soir à la Vaudoise aréna. Les deux formations se sont déjà affrontées cinq fois cette saison (pour un total de sept duels) et Lausanne mène 3-2 dans ces confrontations directes:

01.11.2020: LHC – HCFG 6-1

24.11.2020: LHC – HCFG 6-1

28.11.2020: HCFG – LHC 1-2

23.12.2020: HCFG – LHC 3-2

02.03.2021: LHC – HCFG 4-5 tab

Votre opinion