Publié

Compagnie aérienneLa fin semble inéluctable pour Belair

La société zurichoise devrait cesser ses activités à la fin du mois de mars.

Propriété d'Air Berlin depuis 2009, Belair fait les frais de la politique d'expansion de la deuxième compagnie aérienne allemande qui s'est soldée en 2015 par une perte record.

Propriété d'Air Berlin depuis 2009, Belair fait les frais de la politique d'expansion de la deuxième compagnie aérienne allemande qui s'est soldée en 2015 par une perte record.

Keystone

L'espoir ne semble plus de mise pour Belair. Alors que la compagnie zurichoise de vols de vacances devrait cesser son activité à fin mars, son propriétaire en difficulté, Air Berlin, entend liquider l'entreprise. Son personnel devrait obtenir une garantie d'emploi pour douze mois.

Connue auparavant sous la raison sociale Balair, Belair devrait cesser ses opérations à fin mars, a indiqué à l'ats Henning Hoffmann de l'association Aeropers confirmant une information publiée jeudi par plusieurs médias. Ensuite, Belair deviendra une société de services, ses pilotes étant engagés pour Eurowings et AUA, deux filiales de Lufthansa, à partir de Vienne.

La mesure concerne quelque 300 salariés. Quant à l'avenir plus lointain, soit à l'issue de la période de garantie d'emploi d'une année, le flou règne. Contactée, Air Berlin n'a pas souhaité livrer de détails sur la restructuration de la compagnie berlinoise annoncée en septembre. Les employés ont directement été informés des décisions.

La réorganisation d'Air Berlin, pilotée par son actionnaire Etihad prévoit notamment la création d'une nouvelle entité regroupant les vols de vacances de la filiale d'Air Berlin Niki et de Tuifly, compagnie du voyagiste allemand Tui. Contrôlé à 24,8% par TUI et à 25% par Etihad, les 50,2% étant détenus par une fondation australienne, le transporteur disposera d'une flotte de près de 60 appareils.

Investisseurs recherchés

La compagnie de vols de vacances exploitera un réseau de destinations à partir des plus importants aéroports d'Allemagne, de Suisse et d'Autriche. La création de l'entreprise commune doit encore recevoir le feu vert de la Commission européenne.

Il subsiste cependant une dernière planche de salut pour Belair, avec la recherche de nouveaux investisseurs. Reste que le personnel du transporteur fait face à une grosse pression, a ajouté M. Hoffmann. Alors que les employés craignent pour leur avenir, les appareils de Belair sont restés cloués au sol il y a une semaine.

Propriété d'Air Berlin depuis 2009, Belair fait les frais de la politique d'expansion de la deuxième compagnie aérienne allemande qui s'est soldée en 2015 par une perte record. Selon Aeropers, Belair, transporteur fondé par Hotelplan après la déconfiture de Swissair et de sa filiale charter Balair, représente la seule unité rentable d'Air Berlin.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!