Berne: La fin tragique d’un Guinéen renvoyé par la Suisse
Publié

BerneLa fin tragique d’un Guinéen renvoyé par la Suisse

Renvoyé après 10 ans passés en Suisse, un cuisinier du CHUV est décédé «d’une maladie qui n’a pas pu être soignée faute d’argent». Des Vaudois demandent des comptes au Secrétariat d’État aux Migrations.

par
Eric Felley
Pour le collectif Droit de rester Vaud, le lien entre le renvoi du Guinéen et son décès une année plus tard est clair.

Pour le collectif Droit de rester Vaud, le lien entre le renvoi du Guinéen et son décès une année plus tard est clair.

DR

Le collectif Droit de rester Vaud, soutenu par des organisations similaires à Neuchâtel, Fribourg et Genève, a envoyé un faire-part de décès à tous les parlementaires à la veille de la session de printemps des Chambres fédérales. C’est une démarche pour le moins rarissime, mais le cas est tragique. Il s’agit de l’annonce de la disparition d’Abdoul Mariga à l’âge de 30 ans «décédé des suites d’une maladie qui n’a pas pu être soignée faute d’argent et suite à son renvoi par la force en novembre 2019 après 10 ans de séjour en Suisse et une intégration considérée comme «remarquable», «exemplaire» et «exceptionnelle» pour toutes celles et ceux qui l’ont connu en Suisse, sauf pour le Secrétariat d’État aux Migrations (SEM)».

Abdoul Mariga est décédé le 17 octobre 2020 à Conakry en Guinée, une année donc après son renvoi. Il était arrivé en Suisse à l’âge de 18 ans, il avait pris des cours de rattrapage, puis avait suivi une formation au sein du CHUV, où son travail et sa personnalité étaient appréciés. Il souffrait d’une hépatite B. Après son renvoi, le collectif Droit de rester est resté en contact: «Là-bas, il n’avait plus de famille. Il s’est retrouvé seul à Conakry sans logement et rapidement désargenté. Il a survécu sur place grâce à son dernier salaire du CHUV, puis grâce à l’aide privée d’amis avec qui il était resté en contact. Ses conditions de vie étaient très difficiles et il n’a pas pu avoir accès aux soins médicaux. Il a été hospitalisé alors qu’il se trouvait au plus mal et est décédé quelques jours plus tard, seul, sans l’accompagnement d’aucun proche.»

Dans son cas, les autorités vaudoises soutenaient sa demande de régularisation, considérant que le jeune homme qui travaillait comme cuisinier au CHUV était parfaitement intégré. Mais le SEM en a décidé autrement. L’objet de cette action est d’interpeller le Conseil fédéral sur «les pratiques opaques», qui ont abouti à refuser au Guinéen son autorisation de séjour, contrairement au préavis favorable du canton. C’est la conseillère nationale Léonore Porchet (Verts/VD) qui s’en chargera.

Votre opinion