Affaire des filatures - La FINMA dénonce de «graves violations» de Credit Suisse
Publié

Affaire des filaturesLa FINMA dénonce de «graves violations» de Credit Suisse

L’autorité de surveillance a pris des mesures contre Credit Suisse, après avoir démontré que plusieurs membres de la banque ont participé et planifié des filatures de leurs employés.

par
comm/aze
Photo d’illustration.

Photo d’illustration.

AFP

L’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) a rendu mardi, ses conclusions sur l’affaire des filatures de Credit Suisse. Son enquête, commencée en 2020, montre que «Credit Suisse a planifié et en grande partie effectué sept filatures entre 2016 et 2019». Ces dernières ont concerné «des membres de la direction qui ont été suivis en Suisse, d’autres collaborateurs et des tiers à l’étranger».

Dans son communiqué, la FINMA affirme que «dans la plupart des cas, les décisions de filatures étaient prises de manière informelle et sans justification valable». Elle précise qu’aucune évaluation des risques n’a été faite, que les motifs de ces filatures étaient dissimulés et que «des moyens de communication externes ont été utilisés (services de messagerie par texte)».

«Culture d’entreprise inappropriée»

La FINMA souligne aussi que différents membres de Credit Suisse étaient au courant. Elle estime que «le service de sécurité de la banque était impliqué de manière déterminante» dans ces filatures. Et si les avis divergeaient sur ces procédures, leur planification et leur exécution «étaient connues et décidées à divers degrés et par des équipes différentes, allant jusqu’à des membres de la direction». L’Autorité de surveillance donne l’exemple de la filature en août 2019, d’une personne employée en Asie qui était connue de plusieurs membres de la direction.

Pour la FINMA, «les filatures et notamment la manière dont elles étaient menées, tenues secrètes et parfois dissimulées, démontre une culture d’entreprise inappropriée de la part d’une partie» de la direction de Credit Suisse, à l’époque des faits.

En conséquence, la FINMA a ordonné des mesures contre Credit Suisse. Elle a également «formulé par écrit un blâme à l’encontre de deux personnes et ouvert des procédures d’enforcement à l’encontre de trois autres personnes». De cette façon, elle pourra «clarifier de manière approfondie l’état des connaissances, le comportement et la responsabilité individuelle de ces personnes, en lien avec les violations légales de la banque».

Credit Suisse a pris des mesures

Credit Suisse a annoncé avoir déjà pris diverses mesures organisationnelles et opérationnelles, dans les domaines de la sécurité et des moyens de communication. Celles-ci «doivent permettre de définir des compétences au niveau requis et de mettre au point des processus de décision et de surveillance clairs», précise la banque.

Ces mesures sont vues «comme appropriées pour remédier à une grande partie des problèmes constatés», selon la FINMA.

Votre opinion

5 commentaires