Ste-Croix (VD) - La folle course-poursuite des polices cantonales pour retrouver Mia
Publié

Ste-Croix (VD)La folle course-poursuite des polices cantonales pour retrouver Mia

Les polices de quatre cantons coordonnées par la FedPol sont arrivées trop tard dans la première planque neuchâteloise et ont attendu que mère et fille sortent du squat trop bondé de Ste-Croix pour les interpeller.

1 / 4
Carole Alkabes

Arrêtés ce dimanche par les polices cantonales jurassienne, valaisanne, fribourgeoise, neuchâteloise sous la conduite opérationnelle de la FedPol et des agents de la Singine, la mère de la jeune Mia et un ressortissant français, restent détenus en attendant une procédure d’extradition.

«Actuellement, il y a la mère qui est en garde à vue, plus le ressortissant français domicilié à Fribourg», a expliqué par téléphone le procureur du canton de Fribourg, Jean-Luc Mooser, qui a hérité de la charge du dossier. La police cantonale de Fribourg s’est vu octroyer la compétence pénale de l’enquête en raison du lieu de résidence du conducteur qui avait aidé la mère de Mia, explique le porte-parole de la police fribourgeoise Bertrand Ruffieux à 20 Minutes.

Selon lui, les autorités françaises ont demandé leur extradition, et Lola M., 28 ans – commanditaire de l’enlèvement de sa fille de 8 ans – ainsi que le ressortissant français «vont être détenus dans l’attente de cette extradition».

S’ils ne s’y opposent pas, «ça peut durer quelques jours, une semaine, quinze jours», a indiqué le procureur, ajoutant que, s’il devait y avoir opposition, cela impliquerait des procédures judiciaires «qui sont beaucoup plus longues». Mia, 8 ans, enlevée mardi dans les Vosges au domicile de sa grand-mère maternelle, a été retrouvée dimanche «en bonne santé» et en compagnie de sa mère dans la commune vaudoise de Sainte-Croix.

Interpellation ratée à Neuchâtel

L’interpellation dans un squat, où elles étaient arrivées samedi, s’est passée sans résistance, a encore raconté le procureur. «On avait quelques craintes du fait que c’était dans un squat occupé par de nombreuses personnes. La police a été prudente, a attendu un moment et quand la fille et la mère sont sorties, là elles ont été interpellées».

C’est dans ce squat vaudois qu’on a retrouvé Mia

Une première tentative d’interpellation à Neuchâtel, où la mère et sa fille ont passé trois jours, avait échoué. «Quand la police est intervenue, elles étaient déjà parties parce qu’une personne de Neuchâtel avait conduit Mia et sa maman dans ce squat à Sainte-Croix», a expliqué le procureur.

Après son passage de la frontière franco-suisse dans la région du Jura, «cela a été un peu une course-poursuite durant quelques jours», a expliqué le procureur.

Selon les «premières informations», elles ont ensuite «été conduites à bord d’une Porsche Cayenne par un ressortissant français domicilié à Fribourg surnommé Roméo, (ont) passé une nuit dans un bed and breakfast d’Estavayer-le-lac, ensuite en taxi de cet endroit près de Estavayer-le-Lac jusqu’à Neuchâtel» où elles ont passé trois jours avant de repartir pour Sainte-Croix, a-t-il ajouté.

(AFPE)

Votre opinion

64 commentaires