La formule qui prédit quand un enfant va piquer sa crise en voiture

Publié

VoyageLa formule qui prédit quand un enfant va piquer sa crise en voiture

Selon l’équation d’un mathématicien britannique, en enfant est à bout de patience après 70 minutes de trajet. Nourriture et jeux permettent de rallonger ce temps.

par
Michel Pralong
Si l’enfant voyage avec un frère ou une sœur, la crise arrivera même plus rapidement.

Si l’enfant voyage avec un frère ou une sœur, la crise arrivera même plus rapidement.

Getty Images

Tôt ou tard, lors d’un voyage qui dure en voiture, un enfant devrait piquer une crise de colère ou de larmes. Mais le moment où cela se produit n’est peut-être pas si aléatoire que cela. En tout cas selon James Hind, un statisticien de l’Université de Nottingham Trent, en Angleterre. Il a créé une formule mathématique qui prédit la chose.

Le scientifique a constaté que le temps moyen au bout duquel un enfant pique sa crise est de 70 minutes. Mais celui-ci peut être rallongé ou raccourci en fonction de plusieurs facteurs selon la formule T=70+0,5E+15F-10S, écrit Sky News. T est donc ce temps, E le divertissement, F la nourriture et S la présence de frères ou de sœurs.

Donc chaque minute où l’enfant s’amuse ou qu’on passe à le divertir rallonge le moment de la crise de 30 secondes. Si on lui donne à manger, cela le retarde de 15 minutes. Mais s’il a des frères et sœurs avec lui, sa patience diminue de 10 minutes pour chaque enfant présent.

L’ennui est la base de 68% des crises d’un enfant en voiture, selon l’étude qui s’est basée sur les réponses de 2000 parents. La longueur du trajet est la deuxième cause (62%) et la faim vient en troisième (57%). Donc, selon James Hind, si l’on voyage avec un enfant seul, qu’on le divertit et lui donne à manger, on devrait pouvoir atteindre les deux heures de tranquillité. Mais avec deux enfants sans jeu ni nourriture, la crise pourrait arriver après 40 minutes seulement.

«On arrive bientôt?» arrive après 32 minutes

Le statisticien précise qu’il faut toutefois limiter les collations à deux par heure au maximum et qu’aucun divertissement ne parvient à faire oublier un trajet trop long. En fait, son conseil est de faire des pauses, ce qui réinitialise l’horloge.

James Hind a également calculé qu’un enfant se mettre à demander «On arrive bientôt?» au bout de 32 minutes et posera la question en moyenne quatre fois par trajet.

Ton opinion

18 commentaires