Moyen-Orient - La France appelle tous ses ressortissants à quitter l’Afghanistan
Publié

Moyen-OrientLa France appelle tous ses ressortissants à quitter l’Afghanistan

L’ambassade française craint pour la sécurité de ses ressortissants après la dégradation de la situation entre le gouvernement afghan et les talibans.

Dans les rues de la capitale afghane, Kaboul, le 11 juillet dernier.

Dans les rues de la capitale afghane, Kaboul, le 11 juillet dernier.

AFP

La France appelle tous ses ressortissants à quitter l’Afghanistan, «en raison de l’évolution de la situation sécuritaire dans le pays et compte tenu des perspectives à court terme», a annoncé mardi l’ambassade de France à Kaboul dans un communiqué. «Le gouvernement (français) mettra en place un vol spécial le 17 juillet au matin, au départ de Kaboul, afin de permettre le retour en France de l’ensemble de la communauté française» et «aucun vol spécial supplémentaire ne pourra être affrété», poursuit l’ambassade, recommandant «formellement à tous les Français d’emprunter ce vol spécial».

L’ambassade informe les Français qui projettent «de rester en Afghanistan après le 17 juillet, qu’elle ne sera plus en mesure d’assurer la sécurité de (leur) départ». Elle précise que «l’équipe de l’ambassade est au travail», sous-entendant que la représentation diplomatique reste ouverte dans l’immédiat. «Nous poursuivons notre tâche, en maintenant, aujourd’hui plus que jamais, notre soutien à la République islamique d’Afghanistan», poursuit l’ambassade de France.

Faible résistance

Les troupes étrangères, présentes depuis 20 ans en Afghanistan dans le cadre d’une coalition menée par les États-Unis sous l’égide de l’Otan, ont entamé début mai leur retrait définitif du pays, prévu pour s’achever d’ici à la fin août. À la faveur de ce retrait, les talibans mènent depuis deux mois une offensive tous azimuts contre les forces afghanes au cours de laquelle ils se sont emparés de vastes portions rurales du territoire afghan.

Privées du crucial soutien aérien américain, les forces afghanes n’ont opposé jusqu’ici qu’une faible résistance et ne contrôlent plus essentiellement que les grands axes et les capitales provinciales, dont certaines sont encerclées. Les insurgés se sont rendus récemment maîtres de plusieurs districts de provinces voisines de Kaboul, laissant craindre qu’ils n’attaquent prochainement la capitale et son aéroport, seule voie de sortie de la ville pour les ressortissants étrangers.

(AFP)

Votre opinion