Actualisé

LégislationLa France devient le 14e pays à instituer le mariage gay

L'Assemblée nationale va entériner mardi la loi sur le «mariage pour tous». La présence policière a été renforcée dans plusieurs quartiers de Paris après des agressions «très probablement homophobes».

1 / 9
Mardi 23 avril, l'Assemblée nationale française procède à un vote solennel sur le mariage pour tous, fin de la procédure d'adoption de la nouvelle loi.

Mardi 23 avril, l'Assemblée nationale française procède à un vote solennel sur le mariage pour tous, fin de la procédure d'adoption de la nouvelle loi.

AFP
Ici une manifestation d'opposants dimanche 21 avril à Paris.

Ici une manifestation d'opposants dimanche 21 avril à Paris.

AFP
La loi sur le mariage des couples homosexuels et le droit d'adopter est entrée en vigueur en juillet 2005. La majorité des provinces canadiennes autorisaient déjà l'union entre personnes de même sexe.

La loi sur le mariage des couples homosexuels et le droit d'adopter est entrée en vigueur en juillet 2005. La majorité des provinces canadiennes autorisaient déjà l'union entre personnes de même sexe.

Keystone

La France va devenir mardi le 14e pays à instituer le mariage entre personnes de même sexe par un vote solennel des députés. Cela ne mettra pas fin pour autant à la mobilisation des opposants à cette réforme de société portée par la gauche.

Le vote des députés est prévu vers 17 heures. Il intervient après des semaines de débat parlementaire houleux ponctués de manifestations de rue imposantes, parfois émaillées d'incidents. Mardi encore, comme ils l'ont fait dimanche, partisans et adversaires du projet vont descendre dans la rue pour faire entendre leurs voix.

Les associations homosexuelles appellent à un rassemblement à 18 heures, près de la mairie de Paris, pour dénoncer une montée de «l'homophobie» et déplorer que la loi ne prévoie pas la procréation médicalement assistée (PMA) pour les lesbiennes.

La présence policière a été renforcée dans plusieurs quartiers de Paris après des agressions «très probablement homophobes», a annoncé lundi le préfet de police. Par ailleurs le président socialiste de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, a reçu lundi une enveloppe contenant de la poudre de munitions et une lettre de menaces le mettant «en demeure de surseoir au vote définitif de la loi».

«Une autre solution»

Les opposants rassemblés dans le collectif «La manif pour tous» de la médiatique catholique Frigide Barjot se sont donnés rendez-vous à 19 heures non loin de l'Assemblée nationale, comme ils l'ont fait depuis près d'une semaine. Des manifestations des «anti» et des «pro» mariage gay sont également prévues dans plusieurs villes de France.

«La loi va être votée, nous n'avons aucun doute là-dessus», a déclaré Frigide Barjot. En première lecture à l'Assemblée nationale en février (avant son passage devant le Sénat), le projet de loi sur le «mariage pour tous» avait recueilli 329 voix contre 229.

«Mais nous manifesterons pour proposer une autre solution, celle de l'union civile qui, contrairement au mariage, n'aurait pas de conséquence sur la filiation», a-t-elle ajouté.

Les parlementaires UMP (principal parti de droite) ont d'ores déjà averti qu'ils allaient déposer un pourvoi contre la loi au Conseil constitutionnel. Certains d'entre eux ont aussi assuré que si la droite revenait au pouvoir «il faudrait abroger» purement et simplement le texte.

Une fois voté, le texte devra être promulgué par le président François Hollande. Ce qu'il peut théoriquement faire sans attendre la décision du Conseil constitutionnel.

(ats)

Ton opinion