10.11.2016 à 18:39

FootballLa France et l'Allemagne peuvent prendre le large

Les Bleus et la Mannschaft peuvent faire un premier pas vers la qualification pour le Mondial 2018 en cas de succès vendredi.

Le sélectionneur allemand Joachim Low.

Le sélectionneur allemand Joachim Low.

Keystone

L'équipe de France a un couac inaugural à faire oublier: tenu en échec en Biélorussie, le finaliste du dernier Euro s'est depuis repris avec deux succès contre la Bulgarie et les Pays-Bas. Mais un succès vendredi au stade de France contre une Suède privée désormais de Zlatan Ibrahimovic, lui permettrait de prendre seul la tête de son groupe A, et donc de faire un premier pas vers une qualification pour la Coupe du Monde.

Il faudra pour cela éviter de se laisser happer par le contexte du match, qui se déroulera près d'un an presque jour pour jour après les attentats du 13 novembre 2015, qui avaient pris pour cible, entre autres, le Stade de France où les Bleus affrontaient l'Allemagne en match amical.

Parmi les autres affiches de vendredi, il n'y aura sans doute pas match entre Saint-Marin et l'Allemagne, même si les locaux ambitionnent a minima de tenir le 0-0 aussi longtemps que possible. D'un côté la 201e nation mondiale, qui n'a gagné qu'un seul match dans toute son histoire (contre le Liechtenstein en 2004), et qui est déjà bonne dernière de ce groupe C. De l'autre, le champion du monde en titre, son indéboulonnable sélectionneur Joachim Low, ses stars et son sans faute (3 victoires en trois matches, aucun but encaissé).

La Pologne et le Monténégro, qui comptent le même nombre de points dans le groupe E, continuent leur mano à mano vendredi en se déplaçant respectivement en Roumanie et en Arménie. A priori, ce déplacement chez la lanterne rouge devrait être une formalité pour les Monténégrins qui restent sur deux succès probants contre le Kazakhstan (5-0) et le Danemark (1-0). La Roumanie sera une opposition plus relevée pour la Pologne de Robert Lewandowski.

Dans le groupe F, un coquelicot, ou plutôt son interdiction par la FIFA, fait polémique au Royaume-Uni: les Fédérations anglaise et écossaise ont annoncé que les maillots de leurs joueurs afficheraient le fameux «poppy» sur un bandeau noir au bras vendredi à Wembley, comme c'est la tradition le 11 novembre, jour de commémoration de l'Armistice, mettant fin à la Première guerre mondiale. La FIFA interdit aux équipes d'arborer des symboles politiques, religieux ou commerciaux pendant les matches et a prévenu l'Angleterre et l'Ecosse qu'elles pourraient faire face à des sanctions si elles n'obtempéraient pas.

(si)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!