Nucléaire iranien - La France exhorte l’Iran à se montrer «constructif» dans les échanges 
Publié

Nucléaire iranienLa France exhorte l’Iran à se montrer «constructif» dans les échanges

Alors que des discussions indirectes pour tenter de sauver l’accord de 2015 vont reprendre mardi à Vienne en présence des Américains, Paris encourage Téhéran à respecter ses engagements actuels.

Le ministre français des Affaires étrangères a «salué la reprise à venir à Vienne de discussions sur le dossier nucléaire». 

Le ministre français des Affaires étrangères a «salué la reprise à venir à Vienne de discussions sur le dossier nucléaire».

REUTERS

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a exhorté samedi Téhéran à «se montrer constructif dans les discussions qui vont s’engager» à Vienne, par l’intermédiaire des Européens, pour tenter de sauver l’accord international sur le nucléaire iranien.

«Retour mutuel»

Le gouvernement américain «a accepté de participer à des discussions» à partir de mardi dans la capitale autrichienne avec les Européens, les Russes et les Chinois pour discuter d’un «retour mutuel» dans l’accord par Washington et Téhéran, a déclaré vendredi le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price.

Lors d’un entretien samedi avec son homologue iranien Javad Zarif, le chef de la diplomatie française a «salué la reprise à venir à Vienne de discussions sur le dossier nucléaire» et «encouragé l’Iran à se montrer constructif dans les discussions qui vont s’engager» pour «identifier dans les semaines à venir les actions nécessaires pour un retour complet au respect de l’accord nucléaire», écrit-il dans un communiqué. «La France y participera de manière à la fois pragmatique et exigeante», assure-t-il.

«Dans un contexte où tous affichent leur volonté de mener ces négociations de bonne foi, avec l’objectif d’un accord rapide, j’ai appelé l’Iran à s’abstenir de toute violation supplémentaire de ses engagements actuels dans le domaine nucléaire susceptible de porter atteinte à la dynamique de reprise de discussions», conclut-il.

Sanctions américaines

L’ex-président américain Donald Trump avait claqué la porte en 2018 à cet accord-clé conclu trois ans plus tôt et avait rétabli toutes les sanctions contre Téhéran, qui en retour a commencé à s’affranchir des restrictions à son programme nucléaire.

Son successeur Joe Biden s’est dit prêt à revenir dans l’accord de 2015, à condition que l’Iran tienne à nouveau ses engagements nucléaires. Les dirigeants iraniens disent aussi vouloir revenir dans les clous, mais seulement si les États-Unis lèvent d’abord les sanctions qui asphyxient leur économie.

(AFPE)

Votre opinion