Publié

Hockey sur glaceLa frustration de Linus l’enchanteur

L’artiste suédois ne marque plus depuis le 4 décembre et cela le rend fou, comme les Servettiens à la Valascia, battus pour la troisième fois de la saison par cet Ambri.

par
Christian Maillard

Quand il interprète, avec bonheur, sa partition, qu’il fait ronronner la rondelle, comme lui seul sait le faire, Linus Omark est un joueur magnifique, qui invente toujours un geste de grande classe qui vous dresse les poils au garde-à-vous. En ce début de saison, l’artiste suédois a souvent fait chavirer les Vernets et donné le tournis à ses adversaires, comme le 4 décembre dernier à la Vaudoise Aréna, contre Lausanne. Ce soir-là, sans le savoir encore, le top scorer de GE Servette venait d’inscrire face à Tobias Stephan, son huitième et dernier but de cette saison. Depuis, ce joueur d’exception, qui tournait à deux points par match, ne fait plus trembler les filets et cela le rend fou. Sur les vingt-deux réussites inscrites par les Grenat en ce début d’année, le casque jaune des Genevois a dû se contenter de trois petits points. De quoi nourrir chez lui un sentiment nouveau: énormément de frustration.

Cauchemardesque

Ce mardi soir dans le frigo d’Ambri… triste repetita. Linus Omark a encore plusieurs fois essayé de loger ce puck au bon endroit, mais, comme ses camarades de la première ligne et les autres Servettiens, il n’a pas trouvé la solution, Damiano Ciaccio sortant un tout gros match dans la cage des Léventins. Le «petit» Ambri, qui avait déjà pourri la soirée des Dragons de Gottéron début janvier, s’est fait un plaisir de rendre cette fois-ci celle des Genevois.

Cette rencontre, la cinquième de l’année, a été cauchemardesque pour les visiteurs. À commencer par Henrik Tömmernes qui ne gardera pas un souvenir impérissable de cette patinoire de la Valascia. Il ne reverra certainement plus jamais. Le ministre de la Défense des Grenat, renvoyé aux vestiaires pour un fait anodin à la fin du premier tiers, avait déjà connu le même sort le 21 novembre sur cette vétuste patinoire pour une charge à la tête.

La tête ou plutôt les nerfs, les Genevois, qui avaient été si sereins et si flamboyants au cours de leurs quatre derniers succès d’affilée, les ont perdus durant le dernier tiers, en cumulant des minutes de pénalités, si bêtes, comme celles pour un geste d’humeur. À croire qu’ils n’avaient pas retenu la leçon.

Linus Omark a participé, en fin de match, a la bagarre générale…

Linus Omark a participé, en fin de match, a la bagarre générale…

PIERRE MAILLARD

Les Tessinois, merveilleux d’abnégation, qui se sont battus de la première à la dernière minute, ont mérité cette victoire face aux Aigles pour la troisième fois de cette saison. Les hommes de Patrick Emond, qui avaient inscrit 22 buts en 2021 avec quatre succès d’affilée, sont cette fois-ci restés muets. Ou plutôt sans réussite. La dernière fois, c’était le 6 décembre à Langnau, deux jours après le coup de génie de Linus l’enchanteur. Lequel a fini par marquer, mardi à Ambri.

Mais des… poings, en fin de match, en pleine bagarre générale, sur le visage de Joël Neuenschwander. Comme Eric Fehr, qui aurait vraiment besoin d’une muselière, on préfère tellement voir l’artiste suédois autrement, lorsqu’il fait ronronner la rondelle. C’est ce qu’on attend de lui vendredi aux Vernets face aux Lions de Zurich.

Pour les détails du match, cliquez ici.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
16 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

EHCWinterthur

13.01.2021 à 11:40

Un gros frustré Omark comme Fehr du reste. Vive le hockey suisse allemand

Jim la Jungle

13.01.2021 à 11:09

en championnat Genève vise la tête ... et les genoux !

Mouais2

13.01.2021 à 10:38

Plutôt minus que linus...