Michigan (USA) – La fusillade au lycée d’Oxford fait une quatrième victime

Publié

Michigan (USA)La fusillade au lycée d’Oxford fait une quatrième victime

Un élève de 17 ans, blessé mardi dans la tuerie perpétrée par un camarade dans la banlieue de Detroit, a succombé à ses blessures à l’hôpital, a annoncé la police.

Un élève blessé mardi lors de la fusillade dans un lycée du nord des États-Unis a succombé à ses blessures, portant le bilan à quatre morts, a annoncé mercredi la police locale qui tente toujours d’expliquer les motivations du tireur.

«Nous avons la tristesse d’annoncer qu’une quatrième victime a succombé à ses blessures», ont indiqué les services du shérif du comté d’Oakland sur leur page Facebook. Justin Shilling, âgé de 17 ans, est décédé à l’hôpital à environ 10 h 45 locales (16 h 45 en Suisse), a précisé le shérif Michael Bouchard.

La veille, un adolescent de 15 ans, élève du lycée d’Oxford, en banlieue de Detroit dans le Michigan, avait tué par balle trois lycéens âgés de 14 à 17 ans et blessé huit personnes dont un enseignant. Six élèves blessés restaient hospitalisés mercredi alors que l’enseignant, légèrement touché à l’épaule, est sorti de l’hôpital dès mardi.

«Il tirait à bout portant»

L’élève, dont l’identité n’a pas été rendue publique, a utilisé un pistolet semi-automatique Sig Sauer SP 2022 de calibre 9 mm, acheté par son père vendredi, jour des grandes promotions du Black Friday, selon la police. «Il est clairement venu pour tuer des gens», a affirmé mercredi le shérif Bouchard sur CNN, soulignant qu’il avait tiré au moins 30 balles. «Il tirait sur les gens à bout portant, souvent en visant la tête ou la poitrine», a-t-il ajouté.

Le tireur s’est rendu à la police à l’intérieur même du lycée et a été placé en détention. Il est resté silencieux sur les motivations de son geste, ses parents lui ayant demandé de ne pas parler à la police, selon les autorités.

Les fusillades faisant de nombreuses victimes restent un fléau récurrent aux États-Unis, où le droit de posséder des armes est garanti par la Constitution.

(AFP)

Ton opinion