Publié

Etats-UnisLa fusillade dans un lycée de Seattle a fait quatre morts

L'une des victimes de la tuerie qui a eu lieu dans un lycée près de Seattle il y a une semaine a succombé à ses blessures. Ce décès porte à quatre morts le bilan de cette fusillade, y compris le tireur.

Des lycéens en larmes peu après la fusillade du 24 octobre dans un lycée situé au nord de Seeatle.

Des lycéens en larmes peu après la fusillade du 24 octobre dans un lycée situé au nord de Seeatle.

ARCHIVES, Keystone

Le bilan de la fusillade du 24 octobre dans un lycée au nord de Seattle s'alourdit. Shaylee Chuckulnaskit, 14 ans, «que sa famille et ses amis appelaient affectueusement Shay, est décédée au Centre médical régional de Providence des suites de blessures graves résultant de la fusillade de vendredi dernier», a indiqué l'hôpital où elle était soignée au nord de Seattle (nord-ouest des Etats-Unis).

La jeune fille était depuis une semaine entre la vie et la mort. Une autre adolescente était décédée sur le coup et une troisième deux jours plus tard. Un garçon reste dans un état critique et un autre, âgé de 15 ans, dans un état sérieux après avoir été touché à la mâchoire.

La tuerie a été menée par un lycéen identifié comme Jaylen Ray Fryberg, un élève d'origine amérindienne décrit comme «gentil» et populaire par ses camarades, une des vedettes de l'équipe de football du lycée Marysville-Pilchuck, une ville située à environ 45 minutes de Seattle.

Celui-ci a agi seul et a mis fin à ses jours avec son arme à l'issue de la fusillade, qui avait eu lieu dans la cafétéria de ce lycée.

Peine de cœur

Dans une brève déclaration, la famille Chuckulnaskit a dit avoir «le coeur brisé». Shaylee «a été une fille aimante, une soeur attentive, une amie dévouée et un membre important de notre communauté. Nous ne pouvons imaginer la vie sans elle», déclare encore la famille de la jeune victime.

Jaylen Fryberg avait posté sur les réseaux sociaux une série de messages torturés laissant entendre qu'une peine de coeur pourrait avoir été à l'origine de son acte, mais la police n'a pas encore déterminé le motif de la tuerie. L'enquête a en revanche révélé que l'adolescent avait délibérément ciblé et piégé ses victimes en les invitant à déjeuner.

La police a également confirmé que l'arme du crime, un pistolet Beretta calibre 40, avait été achetée légalement et enregistrée comme il se doit. Elle appartenait à l'un des membres de la famille du tueur.

(ats)

Votre opinion