Etats-Unis – La future numéro 2 de la Fed estime que «l’inflation est trop forte»
Publié

États-UnisLa future numéro 2 de la Fed estime que «l’inflation est trop forte»

L’inflation aux États-Unis a atteint 7% en 2021, au plus haut depuis près de 40 ans, selon des chiffres publiés mercredi.

Lael Brainard, devant le président Joe Biden, à Washington le 22 novembre 2021.

Lael Brainard, devant le président Joe Biden, à Washington le 22 novembre 2021.

Getty Images via AFP

«L’inflation est trop forte», a alerté la vice-présidente nommée de la banque centrale américaine (Fed), Lael Brainard, soulignant que la faire ralentir «tout en maintenant une reprise qui inclut tout le monde» est la priorité de l’institution monétaire.

«L’inflation est trop élevée et les travailleurs de tout le pays s’inquiètent de savoir ce qu’ils pourront payer avec leur salaire», devrait dire jeudi Lael Brainard lors de son audition de confirmation devant la commission bancaire du Sénat, selon son texte publié mercredi.

L’inflation aux États-Unis a atteint 7% en 2021, au plus haut depuis près de 40 ans, selon l’indice CPI également publié mercredi. «Notre politique monétaire est axée sur la réduction de l’inflation à 2% tout en maintenant une reprise qui inclut tout le monde. C’est notre tâche la plus importante», soulignera-t-elle encore.

Agir «en conséquence»

«Aujourd’hui, l’économie fait des progrès bienvenus, mais la pandémie continue de poser des difficultés. Notre priorité est de protéger ce que nous avons redressé et de soutenir un rétablissement complet», indiquera encore la future numéro 2 de la puissante Réserve fédérale américaine.

La Fed s’apprête en effet à réaliser un subtil numéro d’équilibriste, en relevant ses taux directeurs pour endiguer l’inflation, sans toutefois trop freiner l’économie, ce qui pourrait compromettre le redressement du marché du travail. Le président de la Fed, Jerome Powell, qui a été nommé par Joe Biden pour un second mandat et a été entendu mardi au Sénat, y a promis d’agir «en conséquence» si l’inflation persiste au second semestre de cette année, préparant les esprits à un relèvement des taux potentiellement incisif.

Lael Brainard, qui fait partie du conseil des gouverneurs de la Fed depuis 2014, est une «colombe» monétaire, favorable à une politique accommodante, par opposition aux «faucons». Désormais seule démocrate, elle a parfois pris position à contre-courant de ses collègues, notamment sur les sujets de régulation bancaire, dont elle une fervente partisane.

Joe Biden avait, le 22 novembre, reconduit Jerome Powell à la tête de la Fed, offrant la place de numéro deux à Lael Brainard, qui était soutenue par l’aile gauche des démocrates. Elle remplacera Richard Clarida, dont le mandat expirait le 31 janvier, mais qui a annoncé lundi sa démission, et quittera son poste vendredi. Il s’est récemment retrouvé sous le feu des critiques pour des transactions boursières effectuées au début de la pandémie, avant l’expiration de son mandat fin janvier.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires