La garde à vue de Norman Thavaud est prolongée

Publié

ParisLa garde à vue de Norman Thavaud est prolongée

Le Youtubeur est accusé de viols et de corruption de mineures et a été placé en garde à vue lundi. De son côté, la plate-forme songe à sanctionner les vidéastes accusés de viol

 Six jeunes femmes ont porté plainte contre le youtubeur Norman Thavaud.

 Six jeunes femmes ont porté plainte contre le youtubeur Norman Thavaud.

Corbis via Getty Images

La garde à vue de Norman Thavaud, accusé de viol et de corruption de mineur, a été prolongée ce mardi 6 décembre au matin, a indiqué le parquet de Paris, sollicité par l’AFP.

Le youtubeur français aux 12 millions d’abonnés a été placé en garde à vue lundi. Six jeunes femmes ont porté plainte contre le youtubeur. Selon le journal «Libération», cinq d'entre elles accuseraient Norman Thavaud de viol et deux étaient mineures au moment des faits.

En 2020, Maggie Desmarais, une fan québécoise de Norman, l’a accusé sur Instagram de l’avoir «manipulée pour obtenir des photos et vidéos à caractère sexuel». Elle avait 16 ans à l’époque des faits, lui 31. Dans la foulée de ses posts, la jeune femme avait porté plainte et avait affirmé qu’une trentaine de femmes avaient vécu la même expérience qu’elle. 

Interrogée par l’AFP, Maggie Desmarais a confirmé être en France pour être confrontée ce mardi à Norman Thavaud devant les enquêteurs de la brigade de protection des mineurs.

Suspension par YouTube de la monétisation

Un autre youtubeur, Léo Grasset, spécialiste de la vulgarisation scientifique, est lui visé par deux enquêtes préliminaires ouvertes cette année à Paris et à Lyon, concernant des accusations de viol et de harcèlement sexuel.

Interrogé par Mediapart sur ces deux affaires, un porte-parole de YouTube dit réfléchir à «prendre des mesures» dans le cas où «le comportement d’un créateur, sur YouTube ou en dehors, nuit à [leurs] utilisateurs, à [leur] communauté, à [leurs] employés ou à [leur] écosystème». Avec comme sanction envisagée, la suspension de la monétisation des chaînes de vidéastes mis en cause.

(Lematin.ch avec AFP)

Ton opinion