Publié

Témoignage exclusif«La glace a libéré notre Jonathan»

Le corps d’un Anglais disparu en 1979 sur le Cervin a été retrouvé et identifié en fin d’année dernière. Sa sœur raconte son choc quand elle a appris la nouvelle.

par
Sandra Imsand

«Je faisais des rotations en hélicoptère pour amener du béton pour les travaux de la cabane du Hörnli quand j’ai aperçu une tache rouge entre les rochers, à la base du glacier. Je me suis rendu compte qu’il s’agissait d’un corps.» C’était le 21 août 2013. Gerold Biner, patron d’Air Zermatt, venait de trouver les restes de Jonathan Conville, disparu en décembre 1979.

La dépouille, qui portait encore ses vêtements (dont la fameuse veste rouge qui a attiré l’œil de Gerold Biner) ainsi que son piolet et sa corde, a été transportée à l’antenne de médecine légale à Sion. «Le corps était comme momifié, la peau ressemblait à du cuir», explique le Valaisan, pilote d’hélicoptère depuis 30 ans et habitué des missions de sauvetage sur le Cervin. Sur place, comme le relate The Guardian, le médecin Bettina Schrag découvre une étiquette cousue dans une chaussette portant un mot: Conville. Il a suffi de rentrer ce nom sur Internet pour trouver l’identité du corps. La famille de Jonathan Conville a en effet établi il y a 33 ans une fondation permettant à des jeunes de découvrir la montagne entourés de guides expérimentés.

La preuve par l’ADN

«C’était un choc énorme d’apprendre la nouvelle», explique la sœur de Jonathan, Melissa Conville, jointe par «Le Matin». «J’ai toujours pensé que si la dépouille de mon frère était retrouvée, ce ne serait pas de mon vivant. Et j’avais préparé mes enfants à cette possibilité.» L’Anglaise de 52 ans se rend compte que l’identification a été possible grâce à un concours de circonstances énorme. «Une étiquette dans une chaussette et un site Internet, ça a suffi. La doctoresse Bettina Schrag nous a dit que ça n’arrive que tous les trois ans qu’un corps retrouvé puisse être rendu à sa famille.» Après être allées à Sion pour identifier le corps de leur grand frère grâce à un échantillon d’ADN, Melissa et sa sœur Katrina ont pu récupérer ses restes. «C’était mi-décembre. Jonathan est rentré à la maison pour Noël, c’était un magnifique cadeau.»

Grâce à son aventure, Melissa est plus motivée que jamais de continuer son travail au sein de la fondation. Elle aimerait également encourager la mise en place d’un système central d’échantillons ADN. «Ce serait utile si les familles de personnes disparues en montagne pouvaient donner leur code génétique afin qu’il soit stocké et serve à l’identification des dépouilles retrouvées.» Une initiative qui pourrait permettre d’aider d’autres personnes endeuillées. «Jonathan n’était pas une personne extraordinaire, il y en a beaucoup d’autres comme lui. On a juste eu énormément de chance.»

280 personnes encore disparues

Selon les estimations, 280 personnes sont toujours disparues en Valais, principalement en montagne. Dont 40 rien que dans la région de Zermatt et 20 sur le seul Cervin. Lord Francis Douglas, un des membres de la première expédition à avoir gravi le sommet mythique en juillet 1865, fait aussi toujours partie des disparus. «Dès que je survole le Cervin, surtout en été quand le glacier est bas, je regarde attentivement, explique Gerold Biner. Peut-être que c’est moi qui vais le trouver, Lord Douglas!»

Le chiffre

280: le nombre de personnes encore portées disparues en Valais, principalement dans les montagnes. Dont 20 pour le seul Cervin

Votre opinion