Coronavirus - La gravité du Covid dépend aussi de nos gènes
Publié

CoronavirusLa gravité du Covid dépend aussi de nos gènes

Une étude a constaté que les porteurs d’un certain gène risquaient deux fois plus que les autres d’être mis sous assistance respiratoire s’ils étaient infectés.

par
Michel Pralong
Tous les patients ne finissent pas sous respiration artificielle, cette étude montre en partie pourquoi.

Tous les patients ne finissent pas sous respiration artificielle, cette étude montre en partie pourquoi.

Hôpital cantonal de Baden

Pourquoi certaines personnes contaminées par le coronavirus développent-elles des formes plus graves de la maladie que d’autres? Certaines réponses ont déjà été apportées, le surpoids ou l’hypertension ayant été repérés comme facteurs aggravants. Mais des chercheurs d’une vaste étude, à laquelle a participé notamment l’hôpital de Baden (AG), ont découvert qu’il y avait même des prédispositions génétiques qui influençaient les symptômes.

Menée sur plus de 400 patients adultes de Suisse, d’Allemagne et d’Espagne, l’étude publiée dans «The Lancet» a trouvé cela en se penchant sur le système antigénique leucocytaire humain (système HLA). Ce groupe de gènes joue un rôle important dans le système immunitaire humain.

Or, chez les personnes qui ont un sous-type de ce système, appelé HLA-C * 04:01, il a été constaté qu’elles risquaient deux fois plus que les autres d’être mises sous respiration artificielle au fur et à mesure que la maladie progresse. «Nous avons ainsi pu montrer qu’il existe certainement une prédisposition génétique à une évolution sévère de la maladie Covid 19», explique le médecin-chef de l’hôpital de Baden, le professeur Jürg H. Beer, directeur du département de médecine interne.

Une découverte qui peut être importante dans le traitement des patients, car elle offre potentiellement la possibilité d’identifier des personnes présentant un risque accru d’infections graves.

Votre opinion