Crise migratoire: La Grèce va «intensifier l'évacuation d'Idomeni»
Actualisé

Crise migratoireLa Grèce va «intensifier l'évacuation d'Idomeni»

Des milliers de migrants sont actuellement entassés dans le camp de réfugiés depuis la fermeture de la route des Balkans.

1 / 150
Un tribunal italien doit rendre son verdict sur un bénévole français contre lequel le parquet a requis 3 ans et 4 mois de prison pour avoir tenté de conduire une famille soudanaise en France. (Jeudi 27 avril 2017)

Un tribunal italien doit rendre son verdict sur un bénévole français contre lequel le parquet a requis 3 ans et 4 mois de prison pour avoir tenté de conduire une famille soudanaise en France. (Jeudi 27 avril 2017)

AFP
Le pacte UE-Turquie a transformé ce pays en «un terrain d'essai des politiques européennes qui bafouent les droits» des réfugiés, ont dénoncé plusieurs ONG. (Jeudi 16 mars 2017)

Le pacte UE-Turquie a transformé ce pays en «un terrain d'essai des politiques européennes qui bafouent les droits» des réfugiés, ont dénoncé plusieurs ONG. (Jeudi 16 mars 2017)

Keystone
Nouveau drame sur une plage en Libye. Une vingtaine de clandestins ont été tués par des passeurs sur une plage en Libye après avoir refusé d'embarquer à bord d'un bateau pour rejoindre l'Europe. (8 mars 2017)

Nouveau drame sur une plage en Libye. Une vingtaine de clandestins ont été tués par des passeurs sur une plage en Libye après avoir refusé d'embarquer à bord d'un bateau pour rejoindre l'Europe. (8 mars 2017)

archive/photo d'illustration, AFP

La Grèce va «intensifier à partir de mardi ou mercredi» l'évacuation du camp d'Idomeni, où des milliers de migrants s'entassent depuis la fermeture de la route des Balkans.

Mais elle n'entend pas vider le camp par la force, a indiqué lundi une source gouvernementale.

«Ces derniers quinze jours, nous avons transféré plus de 2000 personnes du camp», à la frontière avec la Macédoine, où étaient lundi officiellement recensées 8400 personnes. «Nous allons maintenant mener une opération plus massive de transfert dans la mesure où nous avons désormais 6000 places disponibles dans des centres d'accueil» de la région, a indiqué cette source.

«Il y aura une présence policière, et nous serons persuasifs, mais l'usage de la force à grande échelle pour forcer tous ces gens à partir d'un coup n'est pas prévue», a-t-elle ajouté.

Selon une autre source gouvernementale, les haut-parleurs installés dans le camp diffusaient lundi des messages pour informer les migrants qu'ils devaient se préparer à partir.

Envoi de renforts

L'opération sera «graduelle», comme cela s'est passé au port du Pirée, d'où quelques 4000 migrants ont été transférés depuis fin avril vers des centres organisés, a précisé la première source. Quelque 1500 personnes campant dans des conditions improvisées y étaient toutefois encore comptabilisées lundi.

Une source policière a confirmé qu'une opération était en préparation, avec l'envoi de renforts policiers dans le camp de fortune, mais sans pour autant confirmer qu'elle aurait lieu mardi.

L'envoi de renforts vise à «prévenir les réactions d'une minorité de migrants qui pourraient réagir négativement», a indiqué une autre source policière. «La majorité des migrants ne ferait aucune difficulté pour partir (...), des mesures supplémentaires ont été prises pour éviter de mauvaises surprises», a-t-elle ajouté.

«Ces deux dernières semaines, il y a eu une évacuation 'douce', c'est-à-dire par la persuasion, qui a permis le départ de 2500 personnes et cela va continuer», a précisé ce policier.

Conditions misérables

Des milliers de migrants et réfugiés, dont nombre d'enfants et mineurs, vivotent depuis des semaines dans des conditions misérables dans ce camp, après la fermeture début mars de la route des Balkans, empruntée depuis 2015 par des centaines de milliers de personnes fuyant conflits et misères pour gagner les pays du nord de l'Europe.

Depuis plusieurs semaines, des réfugiés ont tenté de forcer la frontière et ont eu à faire avec l'armée et la police macédoniennes. Le mois dernier, quelque 260 réfugiés avaient dû être soignés après l'usage massif de gaz lacrymogènes et des tirs de balles en caoutchouc par la police macédonienne.

(AFP)

Votre opinion