La grippe est une phobie pour les athlètes
Publié

La grippe est une phobie pour les athlètes

Le moindre éternuement dans la rue sonne pour moi comme un signal d'alarme.

par
Kariem Hussein
Keystone

Chaque hiver, c'est la même histoire. L'épidémie de grippe saisonnière frappe la Suisse, et cette année n'échappe pas à la règle. Lorsque les nez commencent à couler, que la toux se fait sèche, et que certains sont même alités, cela sonne comme un signal d'alarme pour moi. Car passer l'hiver en bonne santé est primordial pour un athlète, c'est là que je lance les bases de ma saison lors de mes entraînements.

Je dois surtout faire attention lorsque je rentre de mon camp d'entraînement en Afrique du Sud, comme c'était le cas fin décembre. Il ne faut pas sous-estimer le choc climatique associé au fait que mon corps a été très sollicité. Déjà dans l'avion, je me méfie de la climatisation et de l'air sec. J'ai toujours une écharpe et une crème pour éviter que mon nez ne sèche.

Dans l'avion, j'ai toujours une écharpe et une crème pour éviter que mon nez ne sèche.

Kariem Hussein

De retour en Suisse, j'ai passé quelques jours en famille à Davos. La première chose que je fais en arrivant dans ma chambre à l'hôtel, comme à chaque fois, c'est de couper la clim. Ensuite, j'installe mon coussin personnel que j'emporte toujours avec moi en voyage. Que ce soit à la maison, lors de camps d'entraînement ou durant les compétitions, un sommeil sain et suffisant est primordial pour rester en bonne santé. J'avoue que j'évite aussi les rassemblements de foule où le risque de contagion est très élevé. Et, dès que les premiers symptômes apparaissent, je fais une cure de vitamines C et D: associé à un bon sommeil, ce traitement marche à merveille en ce qui me concerne.

Avec toutes ces précautions, il ne faut pas oublier une chose. Si l'on fait tout pour échapper aux virus, alors on affaiblit également ses défenses immunitaires. C'est pour cela qu'il est très important de ne pas vivre dans un environnement totalement aseptisé. Ce n'est qu'en confrontant son corps à la vie en société que l'on renforce ses défenses. On pourrait dire que c'est comme un entraînement pour le système immunitaire.

Voilà ce que je mets en œuvre pour me préserver de la vague de grippe. Tout ça pour pouvoir surfer sur une autre vague cet été: celle du succès.

Cette chronique est assurée en alternance par Thabo Sefolosha, Kariem Hussein, Lara Gut, Yann Sommer et Mark Streit.

Votre opinion