Cully (VD): La guerre aux fourmis est déclarée
Actualisé

Cully (VD)La guerre aux fourmis est déclarée

La commune s’arme d’insecticide et organise sa riposte contre les envahisseurs.

par
Léandre Duggan
Les Tapinoma magnum ont envahi Cully depuis déjà près d’un an.

Les Tapinoma magnum ont envahi Cully depuis déjà près d’un an.

Patrick Martin / 24heures

Cette semaine, la commune de Cully passe à l’offensive contre les Tapinoma magnum. «La décision a été prise de traiter avec des insecticides de différents types pour limiter l’expansion de la colonie de Cully», indiquait lundi la Municipalité de Bourg-en-Lavaux à ses habitants, dans un courrier distribué dans leur boîte aux lettres.

Contactée par le «Matin», Evelyne Marendaz Guignet, municipale de l’urbanisme, des transports et de la communication, explique que cette décision a été prise pour contenir l’expansion de cette fourmi invasive. «La population des fourmis croît fortement en ce moment.» Il faut agir avant qu’elles n’atteignent le village. «Plus nous attendons, plus nous prenons le risque d’une expansion et nous devons veiller à protéger le village et la zone de protection des eaux.» L'opération durera entre 10 et 15 jours.

Des barrières chimiques

Jusque-là, seuls des barrages insecticides avaient été mis en place pour contenir l’expansion. Mais ils ne font «que» tuer. Pour les éradiquer complètement, il faut les empêcher de se reproduire. «Les produits que nous allons utiliser ont été testés en laboratoire. Impossible de prévoir les résultats sur le terrain, mais on espère que ça va au moins contenir la population», complète la municipale. Le projet est piloté par une équipe scientifique de l’UNIL.

Des fourmis, reines et ouvrières, ont été élevées en laboratoire, à la fin de l’hiver. Différents insecticides visant à les rendre les reines stériles ou interférer avec leur système digestif avaient été testés.

Importée par une plante

C’est très certainement par une plante importée que ces fourmis exotiques ont débarqué dans le bourg vaudois l’été dernier. Depuis, elles ont fait du chemin. On en trouve aussi à St-Sulpice, Écublens et sur les quais d’Ouchy. Des équipes d’étudiants universitaires devraient sillonner les bords du lac, pour observer s’il s’agit d’une seule et même colonie de fourmis invasives et mesurer son étendue.

Les particuliers envahis sont priés de ne pas lutter eux-mêmes avec des produits trouvés dans le commerce, mais de faire appel à des professionnels. C’est le Canton et la Confédération qui financeront les désinsectisations.

Votre opinion